Handball 1:39
  • Copié
Cyrille de la Morinerie, édité par Solène Delinger
Tous derrière les Bleus ! L'équipe de France de handball commence ce soir sa coupe d'Europe en Hongrie. Les Français vont affronter la Croatie dans un contexte particulièrement anxiogène. Contrairement à Pékin, qui a mis en place un protocole sanitaire très strict pour les JO d'hiver, Budapest se contente du minimum. 

Plus que quelques heures avant le début de l'Euro 2022 de handball . Les Bleus ont atterri mardi en Hongrie pour disputer la compétition du 13 au 30 janvier. Ce soir, ils affronteront la Croatie dans un contexte sanitaire anxiogène. La Hongrie est en effet moins stricte au niveau des mesures appliquées. 

Pas de bulle sanitaire à l'hôtel

On l'avait déjà vu pendant l'Euro de football : la Hongrie est beaucoup moins stricte concernant les mesures sanitaires. Aucune jauge de spectateurs n'es attendue ce soir pour le premier match de l'équipe de France. Mais surtout, aucune bulle sanitaire  n'est appliquée à l'hôtel.

Les Bleus côtoient les touristes de passage, comme l'a révélé en visioconférence de presse Vincent Gérard, le gardien tricolore. "On peut voir les gens aller en maillot de bain à la piscine d’à côté", a-t-il raconté. "On a tous été un peu surpris en arrivant à l'hôtel parce qu'on fait tous beaucoup d'efforts pour ne pas être testés positifs. Je ne sais pas si c'est réellement respectueux pour les joueurs en terme de protocole". Même constat pour Nikola Karabatic , qui a évoqué des "clients pas masqués". "On mange dans les mêmes endroits que d’autres clients", a déclaré la star des Bleus.

Aller le plus loin possible

C'est donc dans ce contexte que les Français vont essayer de faire un bon Euro, une compétition difficile, comme le rappelle le sélectionneur Guillaume Gille. "Énormément d'équipes sont en mesure de remporter cette compétition, donc l'équipe de France, malgré son palmarès, malgré son histoire, a encore cette nécessité d'écrire son chemin dans cet Euro'. L'idée, c'est d'éviter le fiasco de l'Euro 2020, où les Bleus avaient terminé à une piteuse quatorzième place, et ensuite aller le plus loin possible.