Euro : ce qu’il faut retenir de la large victoire du Portugal contre la Hongrie

, modifié à
  • A
  • A
Cristiano Ronaldo a inscrit un doublé contre la Hongrie.
Cristiano Ronaldo a inscrit un doublé contre la Hongrie. © ALEX PANTLING / POOL / AFP
Partagez sur :
Dans le groupe F, le "groupe de la mort" de l’Euro de foot avec la France et l’Allemagne, le Portugal a battu la Hongrie (3-0) mardi soir pour son premier match dans la compétition. Son attaquant phare, Cristiano Ronaldo, a marqué un doublé et a ainsi dépassé le record de buts dans la compétition du Français Michel Platini.

Pour le premier du match du groupe F de l'Euro, le Portugal s'est largement imposé (3-0) mardi en fin d’après-midi à Budapest face à la Hongrie dans un stade plein. Les champions d’Europe en titre ont lancé idéalement leur Euro contre l’équipe considérée comme étant la plus faible de ce groupe de la mort avec l’Allemagne et l’équipe de France. Les Hongrois devront réagir face à la France pour leur prochain match.

Un dernier quart d’heure salvateur pour le Portugal

Dans un match compliqué, les Portugais, dominateurs, ont longtemps buté sur une solide défense à cinq hongroise, ainsi que sur un très bon Peter Gulacsi, le gardien hongrois du club allemand du RB Leipzig. Mais ils ont finalement pris le meilleur sur leurs adversaires en fin de match, grâce d'abord à un but un peu chanceux de leur défenseur Raphaël Guerreiro (84e), le ballon ayant été légèrement touché par un défenseur hongrois avant de finir au fond des filets.

La star Cristiano Ronaldo a ensuite doublé la mise sur penalty, trois minutes plus tard. Puis il a inscrit un doublé dans le temps additionnel (92e). Jusqu’à ce dernier quart d’heure, le match semblait pourtant loin d’être gagné pour les champions d’Europe en titre qui avaient tout de même eu quelques occasions franches, comme sur une frappe en pivot de leur attaquant Diogo Jota à la 39e, stoppée par Peter Gulacsi.

De son côté, la Hongrie a peiné à sortir de son camp mais a essayé d’obtenir des situations et a même cru ouvrir le score à la 79e minute, le but étant finalement hors-jeu.

Le joueur : Cristiano Ronaldo entre un peu plus dans la légende

Titulaire au coup d’envoi, le quintuple ballon d’Or et capitaine de son équipe est entré un peu plus dans la légende en étant le premier joueur à disputer au moins une rencontre dans cinq Euros différents (2004, 2008, 2012, 2016 et 2020). Un record dans le football. Le Portugais a par ailleurs dépassé le record de buts dans la compétition qu’il codétenait avec Michel Platini, avec neuf réalisations, en inscrivant un doublé. Le Français avait toutefois marqué ses neufs buts lors d’une seule et même compétition, l’Euro 1984.

On a d’abord cru que Ronaldo avait manqué sa chance à la 43e minute alors qu’il s’était retrouvé seul face au but et que son tir s’envolait dans les tribunes du stade de Budapest. Mais après un accrochage par le bras d’un joueur portugais dans la surface, il a finalement transformé un penalty avec une frappe en force sur sa droite. Ronaldo a ensuite inscrit un doublé dans le temps additionnel.

L'attaquant de la Juventus Turin est déjà le joueur ayant disputé le plus de rencontres (22 avec celle face à la Hongrie) devant Bastian Schweinsteiger (18) et Gianluigi Buffon (17) dans la compétition. Le Portugais pourra également viser le record de buts en sélection. Il est pour l’instant à 106, contre 109 pour l’Iranien Ali Daei.

Un match devant un stade comble

Scène rendue inhabituelle avec le Covid-19, le match entre le Portugal et la Hongrie s’est joué dans une Puskas Arena pleine à craquer. Au total, plus de 65.000 spectateurs ont assisté à la victoire des Portugais, du jamais vu dans un stade hongrois, selon le quotidien Nemzeti Sport, depuis 35 ans et un match contre le Brésil avant le Mondial-1986.

Là où les dix autres stades à travers l'Europe à accueillir la compétition ont établi une jauge maximale, par précautions sanitaires contre le Covid-19, l'enceinte de Budapest a été la première depuis les confinements de mars 2020 à 100% de sa capacité.

Europe 1
Par Jonathan Grelier, avec AFP