Tour de France : revivez la victoire d'Arnaud Démare lors de la 18ème étape

, modifié à
  • A
  • A
La joie d'Arnaud Démare à l'arrivée à Pau.
La joie d'Arnaud Démare à l'arrivée à Pau. © Philippe LOPEZ / AFP
Partagez sur :
Arnaud Démare, si souvent frustré depuis le départ, a remporté sa première victoire d'étape sur le Tour 2018, jeudi au sprint à Pau. Christophe Laporte, un autre Français, termine deuxième. 
L'ESSENTIEL

Arnaud Démare tient sa victoire ! Le sprinteur français, toujours placé mais jamais gagnant depuis le départ, a débloqué son compteur sur le Tour 2018. Le coureur de la FDJ s'est imposé en costaud au sprint, jeudi lors de l'arrivée de la 18ème étape à Pau. Démare, parfaitement mis sur orbite par ses coéquipiers, a parfaitement maîtrisé son effort, devançant un autre Français, Christophe Laporte.

Démare remporte ainsi sa deuxième victoire d'étape sur le Tour dans sa carrière. Geraint Thomas est toujours Maillot jaune avant une journée dantesque dans les Pyrénées, vendredi. 

>> Revivez la 18ème étape dans les conditions du direct 

Les trois infos à retenir : 

  • Arnaud Démare a remporté le sprint à Pau, sa première victoire d'étape sur le Tour 2018
  • Le peloton a repris une échappée de cinq coureurs à 16 km de l'arrivée
  • Geraint Thomas est toujours Maillot jaune

Le point à l'arrivée : LA VICTOIRE POUR ARNAUD DÉMARE ! Le sprinteur de la FDJ remporte sa première victoire d'étape sur le Tour 2018, la deuxième de sa carrière. Le coureur français, parfaitement lancé par ses coéquipiers, s'est imposé au sprint à Pau, en costaud. Il a devancé un autre Français, Christophe Laporte, qui termine deuxième de l'étape. Le travail d'Arnaud Démare a été récompensé ! 

Le point à 10 km : les équipes de sprinteurs à la manœuvre. Après la FDJ de Démare, c'est au tour de la Bora de Sagan d'être en tête de peloton. Arnaud Démare va-t-il parvenir à remporter sa première étape sur ce Tour 2018 ? Sagan fera-t-il la passe de trois ? Réponse dans quelques minutes. 

Le point à 16 km de l'arrivée : ça y est, le peloton est désormais regroupé. Une contre-attaque d'une dizaine de coureurs a été rapidement avortée, et les cinq échappés ont été repris. Place désormais au final avec l'équipe FDJ en tête du peloton. 

Le point à 20 km de l'arrivée : et l'écart descend à 30 secondes. Le peloton a désormais l'échappée dans son champ de vision. Ça sent très fort le sprint... 

Le point à 30 km de l'arrivée : les cinq hommes en tête accélèrent, en vain. Les échappés ont accéléré mais le peloton également, qui n'a plus que 40 secondes de retard. Comme attendu, l'échappée va être reprise dans les prochains kilomètres. Avec, on l'espère, un peu d'animation dans ce final... 

Le point à 40 km de l'arrivée : les échappés ont compris qu'ils n'iront pas au bout. Les cinq coureurs à l'avant ont désormais moins d'une minute d'avance sur le peloton. Les équipes de sprinteurs continuent d'imprimer le rythme avant le final de l'étape. 

Le point à 60 km de l'arrivée : l'écart reste stable. Les équipes Cofidis, FDJ et Emirates contrôlent le rythme du peloton, qui continue à maîtriser l'échappée (environ une minute d'écart). On assiste à une vraie étape de transition, sans grands frissons pour le moment... 

Le point à 80 km de l'arrivée : crevaison pour Hayman, l'un des échappés du jour. L'Australien, vainqueur de Paris-Roubaix 2016, a perdu une trentaine de secondes sur problème mécanique et a dû faire l'effort pour revenir sur ses compagnons d'échappée. Le peloton maîtrise toujours l'écart, qui oscille aux alentours de deux minutes. 

Le point à 95 km de l'arrivée : le peloton est déjà revenu sur les poursuivants. Les contre attaquants n'ont tenu que quelques kilomètres et ont été repris par le peloton après le sprint intermédiaire. Du coup, l'échappée a repris un peu ses distances avec environ deux minutes d'avance sur le peloton. Nairo Quintana, touché au niveau du coude gauche, est lui revenu dans le peloton. 

Le point à 105 km de l'arrivée : ça s'anime avec une contre-attaque à l'avant et une chute à l'arrière du peloton, avec Quintana à terre ! Trois coureurs se sont lancés à la poursuite des échappés (Vanmarcke, Gogl et Stuyven). Quelques instants plus tard, une grosse chute a mis à terre plusieurs coureurs, dont Adam Yates et Nairo Quintana. Le Colombien, vainqueur jeudi, compte une quarantaine de secondes de retard et va devoir faire l'effort pour revenir dans le peloton. 

Le point à 110 km de l'arrivée : pas de changement à l'avant. L'échappée a toujours un peu plus d'une minute d'avance sur le peloton. Les équipes de sprinteurs n'entendent pas laisser passer l'une des dernières occasions de briller avant l'arrivée à Paris. Forcément, on ne s'amuse pas beaucoup pour le moment... 

Le point à 130 km de l'arrivée : l'écart se stabilise. Le peloton veille avec attention sur les cinq coureurs à l'avant et contrôle l'échappée, qui a aux alentours d'une minute et 30 secondes d'avance. Le rythme est très rapide pour le moment, après presque 50 km/h de moyenne depuis le départ.

Le point à 140 km de l'arrivée : le peloton laisse partir l'échappée. Après une vingtaine de kilomètres à jouer à l'élastique, les échappés ont enfin reçu le feu vert du peloton. Les cinq coureurs en tête (Hayman, Durbridge, Terpstra, Boudat et Van Keirsbulck) comptent désormais 1 minute 40 d'avance. 

Le point à 150 km de l'arrivée : les échappés ne creusent pas l'écart. Le peloton n'a pas vraiment ralenti l'allure et n'a qu'une vingtaine de secondes de retard sur les cinq coureurs de tête. Le peloton va-t-il laisser partir l'échappée ? Pour l'instant, ça n'en prend pas le chemin...

Le point à 160 km de l'arrivée : le peloton ne se laisse pas distancer. L'échappée, composée de cinq coureurs (Hayman, Durbridge (Mitchelton-Scott), Terpstra (Quick Step), Boudat (Direct Energie) et Van Keirsbulck (Wanty-Gobert), ne compte qu'une dizaine de secondes d'avance. 

Le point au départ : et ça attaque de suite. Comme attendu, une dizaine de coureurs ont pris leur chance dès les premiers mètres. Et comme d'habitude, un Direct Energie est à l'avant.  

Le point sur le classement : Thomas file vers la victoire. Les dernières interrogations ont été levées mercredi. Geraint Thomas a conforté son Maillot jaune lors de l'arrivée au Portet, se comportant en "patron" de l'équipe Sky. Son coéquipier Chris Froome a lui craqué, incapable de suivre le rythme dans les derniers kilomètres. Sauf cataclysme, "Froomey" ne remportera pas son cinquième Tour de France cette année. Autre "victime" de l'étape de mercredi : Romain Bardet, éjecté à la huitième place, est désormais loin du podium. 

Le classement général avant la 18ème étape : 

1. Geraint Thomas (GBR/Sky) 70 h 34:11.
2. Tom Dumoulin (NED/SUN) à 1:59.
3. Christopher Froome (GBR/SKY) 2:31.
4. Primoz Roglic (SLO/LNL) 2:47.
5. Nairo Quintana (COL/MOV) 3:30.
6. Steven Kruijswijk (NED/LNL) 4:19.
7. Mikel Landa (ESP/MOV) 4:34.
8. Romain Bardet (FRA/ALM) 5:13.
9. Daniel Martin (IRL/EAU) 6:33.
10. Jakob Fuglsang (DEN/AST) 9:31.

Le point sur le profil : un peu de répit. Le peloton a considérablement souffert mercredi, lors de la courte mais intense étape avec une arrivée au sommet du col du Portet. Jeudi, les coureurs pourront respirer avec un parcours sans grandes difficultés, hormis deux côtes de quatrième catégorie. Le parcours, relativement plat, devrait donc favoriser les sprinteurs ou les baroudeurs. Ils devront en profiter, car dès vendredi le Tour revient dans les Pyrénées, avec une 19ème étape qui s'annonce elle aussi terrible.