Tour de France : revivez la 16ème étape entre Carcassonne et Bagnères-de-Luchon

, modifié à
  • A
  • A
Alaphilippe sur le Tour 2018 (1280x640) Philippe LOPEZ/AFP
Julian Alaphilippe, qui avait décroché sa première victoire sur le Tour mardi dernier, a remis ça à Bagnères-de-Luchon. © Philippe LOPEZ/AFP
Partagez sur :
Déjà vainqueur il y a une semaine au Grand-Bornand, dans les Alpes, Julian Alaphilippe a signé une deuxième victoire d'étape, mardi, dans les Pyrénées, à Bagnères-de-Luchon.

Et de deux pour Julian Alaphilippe ! Le coureur de l'équipe Quick-Step, vainqueur mardi dernier au Grand-Bornand, a remis ça, une semaine plus tard, à Bagnères-de-Luchon, à l'issue d'une étape spectaculaire marquée notamment par les chutes d'Adam Yates, alors en tête dans le final, et de Philippe Gilbert, qui a chuté dans un ravin, heureusement sans dommage. L'étape a également été neutralisée un court instant après l'utilisation de gaz lacrymogène contre des manifestants. Il n'y a pas eu d'explication entre les favoris et le Gallois Geraint Thomas conserve son Maillot jaune à la veille de la courte étape pyrénéenne vers Saint-Lary.

>> LIRE AUSSI -Cinq choses à retenir de la 16ème étape entre Carcassonne et Bagnères-de-Luchon

Les infos à retenir : 

  • Julian Alaphilippe, magnifique de panache, remporte sa deuxième étape sur ce Tour de France
  • Philippe Gilbert, dans la descente du Portet-d'Aspet, et Adam Yates, dans celle du Portillon, ont tous les deux chuté alors qu'ils étaient en tête
  • Geraint Thomas n'a pas été inquiété et conserve le maillot jaune de leader
  • La course a été neutralisée pendant un quart d'heure environ, 20 kilomètres après le départ, dans l'Aude, après une intervention des forces de l'ordre en bord de route pour disperser une manifestation d'agriculteurs

Le point à l'arrivée : magnifique Julian Alaphilippe ! Le coureur de la Quick-Step a tenu jusqu'au bout après un exercice de funambule dans la descente du Portillon. Izagirre prend la deuxième place de l'étape devant le malheureux Adam Yates, troisième après avoir entraperçu la victoire.

Le point à 5 km de l'arrivée : Alaphilippe seul en tête après une chute de Yates ! Le coureur français de la Quick-Step file vers la victoire. Le Britannique Adam Yates, qui ouvrait la route, a chuté à la corde, dans une épingle, et, au moment où il repartait, il a vu Alaphilippe passer devant lui…

Le point au sommet du col du Portillon, à 10 km de l'arrivée : Yates devant Alaphilippe. Adam Yates a franchi seul en tête le col du Portillon, avec 18 secondes d'avance sur Alaphilippe, désormais seul en chasse derrière le coureur britannique.

Le point à 12 km de l'arrivée : Adam Yates seul en tête. Le Britannique, vainqueur de la dernière étape du Dauphiné cette année, a placé une attaque à 2,5 km du sommet du col du Portillon. Il a réussi à prendre une trentaine de secondes d'avance sur ses compagnons d'échappée, désormais emmenés par Julian Alaphilippe, "à la planche" pour revenir. 

Le point à 13 km de l'arrivée : sept hommes en tête. Gesink et Pozzovivo ont été rejoints en tête par cinq autres coureurs : le Britannique Adam Yates (Mitchelton-Scott), l'Espagnol Gorka Izagirre (Bahrain-Merida), l'Espagnol Marc Soler (Movistar) et l'inévitable Julian Alaphilippe (Quick-Step), revenu en solo depuis l'arrière. La victoire d'étape devrait se jouer entre ces sept-là.

Le point à 15 km de l'arrivée : Gesink et Pozzovivo devant. Les premières pentes du col du Portillon ont donné lieu à des attaques. Le Néerlandais Robert Gesink (Lotto-Jumbo) et l'Italien Domenico Pozzovivo (Bahrain-Merida) sont en tête, avec quelques mètres d'avance sur le Néerlandais Bauke Mollema (Trek-Segafredo). Alaphilippe reste observateur de ces attaques.

Le point à 20 km de l'arrivée : le col du Portillon en approche. Les coureurs de tête sont à un peu moins de deux kilomètres du pied du col du Portillon, dernière difficulté de la journée avant de plonger vers Bagnères-de-Luchon. Le peloton, désormais emmené par les Movistar, est à dix minutes. Arnaud Démare est à plus d'une demi-heure et va devoir se battre pour être dans les délais.

Le point à 25 km de l'arrivée : les échappés en Espagne. Les 17 hommes de tête sont actuellement dans la province de Lerida, en Espagne, seul passage à l'étranger de ce Tour de France 2018. Le peloton est à onze minutes et demie.

Le point à 30 km de l'arrivée : 17 hommes devant. Le groupe de tête a gagné cinq nouveaux membres, revenus de l'arrière. Les 17 hommes de tête comptent une minute et demie d'avance sur un groupe de six coureurs. Le peloton est à douze minutes.

Le Maillot vert, Peter Sagan, y est tranquillement installé. Le Slovaque, sans rival dans le classement par points de ce Tour, est désormais mathématiquement assuré de ramener un sixième Maillot vert sur les Champs-Élysées, à la condition, bien sûr, qu'il y arrive. Cela ferait de lui le recordman de ce classement spécifique, en compagnie de l'Allemand Erik Zabel, vainqueur entre 1996 et 2001.

Le point à 35 km de l'arrivée : douze hommes en tête. Un nouveau groupe de douze coureurs ouvre désormais la route vers Bagnères-de-Luchon. Alaphilippe et Mühlberger, qui avaient pris les devants dans la descente, ont été repris par un groupe qui ne comprend Barguil, toujours derrière. Le groupe Maillot jaune, qui a perdu beaucoup d'unités, a franchi le col de Menté sans mouvement notable.

Le point au sommet du col de Menté, à 47 km de l'arrivée : Alaphilippe et cinq hommes en tête au sommet. Le Maillot à pois est revenu dans les derniers hectomètres de la montée du col de Menté sur le duo Caruso-Gesink. Il est accompagné de l'Autrichien Gregor Mühlberger (Bora-Hansgrohe), de l'Italien Domenico Pozzovivo (Bahrain-Merida) et de son compatriote Pierre Latour (AG2R La Mondiale). Il effectue une très belle opération dans la perspective du classement de la montagne, car Barguil, membre de la grande échappée du jour mais victime d'une chute dans le col de Portet-d'Aspet, est en difficulté à l'arrière. Le peloton est à plus de onze minutes.

Le point à 50 km de l'arrivée : deux hommes devant, Caruso et Gesink. Alors que les échappés sont dans la deuxième grande difficulté de la journée, le col de Menté, deux hommes ont réussi à s'isoler en tête, l'Italien Damiano Caruso (BMC) et le Néerlandais Robert Gesink (Lotto-Jumbo). Un temps en leur compagnie, Warren Barguil a été contraint de reprendre sa place dans le groupe des poursuivants, à une vingtaine de secondes derrière. Philippe Gilbert est à neuf minutes et le peloton à douze minutes.

Le point à 57 km de l'arrivée : la chute de Philippe Gilbert par-dessus le parapet ! Incroyable image encore lors de cette première étape pyrénéenne : alors en tête de la course, Philippe Gilbert a chuté dans la descente du Porte-d'Aspet. Il a manqué son virage, son vélo a percuté le parapet et le coureur belge est passé par-dessus le parapet. Après quelques minutes d'inquiétude sur le sort du coureur belge, il est réapparu au bord de la route. Touché au coude droit, il a repris la route.

Le point au sommet du col de Portet-d'Aspet : les Quick-Step font un et deux au sommet. Gilbert est passé seul en tête au sommet du col de Portet-d'Aspet, avec moins d'une minute d'avance sur son équipier Julian Alaphilippe, qui a réglé le sprint des poursuivants devant son rival pour le Maillot à pois, Warren Barguil. Le peloton est désormais pointé à dix minutes.

Le point à 65 km de l'arrivée : Gilbert seul devant, le peloton à plus de neuf minutes. Gilbert a réussi à s'isoler en tête. Le coureur de l'équipe Quick-Step compte une petite minute d'avance sur ses anciens compagnons d'échappée, et plus de neuf minutes sur le groupe Maillot jaune. Seul coureur distancé à l'arrière, Arnaud Démare continue de lutter, à huit minutes du peloton.

Le point à 70 km de l'arrivée : Philippe Gilbert seul en tête ! Le coureur belge a placé une attaque et se retrouve seul devant. Il compte une quinzaine de secondes d'avance sur les 46 poursuivants, à l'approche du col de Portet-d'Aspet.

Le point à 75 km de l'arrivée : les coureurs en avance sur l'horaire le plus rapide. Malgré la neutralisation de la course pendant un quart d'heure en raison d'une manifestation d'agriculteurs, peu de temps après le départ de cette étape, les coureurs sont dans la moyenne haute et devraient arriver à Bagnères-de-Luchon aux alentours de 17 heures. Les 47 hommes de tête ont désormais près de huit minutes d'avance sur le peloton, alors que se profilent les deux premières grandes difficultés de la journée, qui seront enchaînées, le col de Porte-d'Aspet et le col de Menté.

Le point à 85 km de l'arrivée : Pierre Latour le mieux placé. Parmi les échappés, c'est le Français Pierre Latour qui est le mieux classé. Le coureur de l'équipe AG2R La Mondiale, équipier de Romain Bardet, était 14ème à 17'28" au départ de Carcassonne ce matin.

Voici la composition du groupe de tête, qui comprend treize Français, selon le site officiel de la course : Clarke (Education First), Dillier, Frank, Latour (AG2R), Geschke, Kragh Andersen, Theuns (Trek), Barguil, Bouet, Hardy, Moinard, Pichon (Fortuneo), I.Izagirre, G.Izagirre, Pozzovivo (Bahrein), Yates, Hayman (Mitchelton), Amador, Bennati, Soler (Movistar), Caruso, Van Avermaet, Van Garderen (BMC), Durasek (Emirates), Alaphilippe, Gilbert (Quick Step), Burghardt, Mühlberger (Bora), Cort, Valgren (Astana), Boasson Hagen, Slagter, Vermote (Dimension Data), Politt (Katusha), Molard (Groupama-FDJ), Gesink (Lotto-Jumbo), Vanendert (Lotto-Soudal), Boudat (Direct Energie), Mollema, Bernard, De Kort (Trek), Laporte, Edet, Navarro (Cofidis), Martin et Minnaard (Wanty-Gobert).

Le point à 90 km de l'arrivée : six minutes d'avance pour l'échappée. Les 47 coureurs de tête possèdent désormais un peu plus de six minutes de marge sur le peloton Maillot jaune. À noter que le Français Christophe Laporte a remporté le sprint intermédiaire de Saint-Girons, à 94 km de l'arrivée, devant le Norvégien Edvald Boasson Hagen (Dimension Data) et le Belge Greg Van Avermaet (BMC).

Le point à 100 km de l'arrivée : un petit peloton de 47 coureurs devant. Les trois poursuivants sont revenus sur le groupe de tête et ils sont désormais 47 dans le groupe de tête, dont deux maillots distinctifs, le Maillot blanc (Latour) et le Maillot à pois (Alaphilippe). Ce groupe compte plus de cinq minutes de marge sur le peloton, au complet, à l'exception d'Arnaud Démare, lâché.

Le point à 110 km de l'arrivée : ça y est ! Une échappée s'est enfin formée sur la route de Bagnères-de-Luchon. Sa spécificité : elle est presque aussi volumineuse que le peloton puisqu'elle compte 44 membres, dont le Maillot à pois, Julian Alaphilippe ! Un groupe de poursuivants, comprenant trois coureurs, dont le Maillot blanc, Pierre Latour (AG2R La Mondiale), est intercalé, à un peu plus d'une minute. Le peloton, qui a levé le pied, est déjà à plus de trois minutes et demie.

Le point à 115 km de l'arrivée : toujours du mouvement ! La course continue devant pour essayer de prendre du champ sur le peloton. Un groupe de 27 coureurs s'était formé, avec des habitués comme Alaphilippe, Barguil, Van Avermaet ou Mollema, mais le peloton continue de rouler fort derrière et l'écart n'est que d'une dizaine de secondes…

Le point à 135 km de l'arrivée : abandon de Tim Declercq. Le coureur de la Quick-Step, lâché en début d'étape, est rentré dans la voiture-balai. Devant, des coureurs essayent de relancer une échappée avec Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) et Warren Barguil, mais sans succès.  

Le point à 140 km de l'arrivée : 27 coureurs sont à l'avant. Vingt-sept coureurs ont pris place dans une échappée, dont Greg Van Avermaet (BMC), Julian Alaphilippe, Warren Barguil, Gorka Izaguirre, Domenico Pozzovivo (Bahrain-Merida), Yves Lampaert (Quick-Step), Pierre Latour (AG2R-La Mondiale), et surtout Alejandro Valverde (Movistar), qui se trouve à 9 minutes du Maillot jaune. Du coup, la Sky roule derrière ce peloton. Et énième regroupement…

Le point au sommet de la côte de Pamiers : un point pour Julian Alaphilippe. Le sprint a été houleux entre Julian Alaphilippe et Warren Barguil. Du coup, il y a à nouveau 22 points d'écart entre les deux hommes, exactement comme ce matin. L'échappée est reprise par la tête d'un peloton très étiré et qui casse. Un gros groupe se dégage en tête de course alors que le rythme est très soutenu.

Le point à 150 km de l'arrivée : le peloton ne se résigne pas. L'écart plafonne à 20". Derrière, plusieurs tentatives de contre se sont formées et quatre hommes sont revenus sur le groupe de tête : Gregor Mühlberger (Bora-Hansgrohe), Michael Valgren (Astana), Rudy Molard (Groupama-FDJ) et Nils Politt (Katusha). Huit coureurs sont donc en tête de course. L'Américain Taylor Phinney, de la Team Education First, est victime d'une crevaison, alors que le peloton arrive à Pamiers.

Le point à 160 km de l'arrivée : quatre coureurs essayent de s'échapper. Les Français Julian Alaphilippe (Quick-Step), Julien Bernard (Trek) et Warren Barguil (Sunweb) ainsi que le Sud-Africain Daryl Impey (Dimension Data) essayent de s'échapper en tête de course. Le peloton est en file indienne alors que la pluie continue de s'abattre sur la route du Tour. En queue de peloton, Tim Declercq est à nouveau lâché, comme en début d'étape.

Le point à 170 km de l'arrivée : les quatre hommes repris, la pluie s'invite. Le peloton n'entend pas laisser filer une échappée. Les quatre fuyards ont été rapidement repris et le peloton est à nouveau groupé alors que les premières gouttes font leur apparition…

Le point à 175 km de l'arrivée : quatre hommes en tête. Le Polonais Rafal Majka (Bora-Hansgrohe), le Suisse Stefan Küng (BMC) et les Italiens Franco Pellizotti (Bahrain-Merida) et Andrea Pasqualon (Wanty-Groupe Gobert) ont réussi à s'extirper du peloton après ce drôle d'épisode. Ils possèdent une quinzaine de secondes sur un peloton en file indienne.

Le point à 185 km de l'arrivée : la course reprend après un quart d'heure d'interruption. Après avoir roulé quelques minutes derrière la voiture de la direction, le peloton a repris la route à bonne allure sur les routes de l'Aude.

Le point à 188 km de l'arrivée : Scène surréaliste sur la route du Tour : la course neutralisée après une intervention des forces de l'ordre pour disperser des agriculteurs en colère et l'utilisation de gaz lacrymogène, peu après le passage de la côte de Fanjeaux. Visiblement, certains manifestants avaient installé des bottes de paille sur la route et souhaitaient bloquer le peloton. Les gendarmes ont réussi à libérer la route mais, après quelques hectomètres, le directeur de la course a décidé de faire arrêter le peloton, pour que les coureurs puissent se rincer les yeux après l'utilisation de gaz lacrymogène par les forces de l'ordre.