CARNET DE BORD - Le Vendée Globe de Charlie Dalin : "Il y a un changement d’ambiance..."

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Chaque samedi pendant le Vendée Globe, Charlie Dalin tient un carnet de bord pour Europe 1. Sur son monocoque Apivia, le skipper de 36 ans se confie sur ses impressions, sa stratégie et les futures épreuves qui l'attendent dans cette course mythique en solitaire, sans escale et sans assistance.
TÉMOIGNAGE

En cette troisième semaine de Vendée Globe, Charlie Dalin file en tête. Le skipper de 36 ans, qui participe à sa première édition sur son monocoque Apivia, est dans le trio de tête depuis plus d’une semaine. Il vient de gagner les quarantièmes rugissants – les latitudes situées entre les 40 et 50emes parallèles dans l'hémisphère Sud – où il sent les conditions météo se dégrader peu à peu. Redoutant désormais de perdre du terrain par rapport aux poursuivants, le navigateur se confie dans son carnet de bord hebdomadaire sur Europe 1, enregistré vendredi.

"Ca y est, je suis dans les 40ème Rugissants. C’est vrai, ils rugissent presque. Ce n’est pas encore la tempête, mais ça ne va pas tarder. Alors à bord, il y a forcément un changement d’ambiance. Cela faisait deux semaines que je vivais jour et nuit en short et en t-shirt. Là, je viens d'enfiler des sous-couches et une polaire. J'ai ressorti mon duvet, j'ai fermé les portes du cockpit. Le vent souffle et beaucoup d'oiseaux de mer suivent le bateau.

"Je suis dans la phase d'adaptation"

Il a fait froid cette nuit sur Apivia. C’était la nuit la plus froide que j’ai eu depuis le début. Il fait environ 11 degrés, c'est encore raisonnable. Mais je passe de conditions légères, chaudes, calmes, ensoleillées à des conditions complètement opposées. Ces derniers jours, mon objectif était d’éviter les zones de vent faible. A présent, je me demande s’il faut que j’évite certaines zones de vent fort. Avec le vent qui remonte, j'ai aussi commencé à réduire la voilure.

vg2020-20201121-dalin-photo2079b-basse-dfinition-vi

Il va falloir réussir à se réadapter, à naviguer dans des conditions que je n'avais pas connues depuis un moment. Au fur et à mesure des jours et des semaines, ces conditions deviendront routinières. Je vais finir par m'y habituer mais c'est normal qu'il y ait une petite période d'adaptation.

"Je vais perdre du terrain"

Pour l’instant, j’ai de l’avance. Je me suis battu depuis des jours pour me l’assurer. Malheureusement pour moi, les poursuivants vont tous attraper le même front. Un front, c'est un peu comme une vague quand on fait du surf. Tous les surfeurs peuvent prendre la même vague et se faire porter. C'est ce que l’on va vivre dans les prochains jours.

Les poursuivants vont bientôt prendre la vague et progresser à vive allure vers le but. Alors que moi, j’ai encore un peu de slalom à faire. Je vais donc perdre du terrain. Mais bon, c’est le jeu. J'espère juste que je n'en perdrai pas trop."

Europe 1
Par Charlie Dalin