Blaise Matuidi sur Europe 1 : "La vie change après un titre de champion du monde"

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Jeudi, le champion du monde Blaise Matuidi était fêté en héros à Troyes, où il a démarré sa carrière professionnelle. Le milieu de terrain s'est confié à Europe 1 sur ce moment qui a "rassemblé la France".

INTERVIEW

L'euphorie n'est pas vraiment retombée. Lorsque les habitants de Troyes lui ont rendu hommage, jeudi, Blaise Matuidi a vu "les étoiles dans leurs yeux", lui qui a démarré chez les pros avec l'Estac, en 2004. Quatorze ans plus tard, l'enfant de Fontenay-sous-Bois est revenu dans l'Aube auréolé d'un titre de champion du monde, un moment "qui vaut plus que tout", comme il l'affirme en exclusivité au micro d'Europe 1.

Ses retrouvailles avec le public français

"Ce sont des moments qui resteront gravés pendant toute notre vie, on veut en profiter avec nos supporters qui nous ont soutenus, avec tous les Français qui nous ont suivis pendant toute cette compétition. C'est vrai qu'on reçoit beaucoup de remerciements, ça fait vraiment plaisir parce que je pense que ce qu'on a fait, c'est rassembler tout un pays. On a vécu des moments incroyables, on va continuer à en vivre. Le pays mérite d'être comme ça, soudé."

La vie après la victoire

"Didier Deschamps avait bel et bien raison : la vie change après un titre de champions du monde. Il faut redescendre même si l'étiquette restera gravée. Je pense que c'est d'autant plus une fierté que j'ai des enfants. Plus tard, je leur montrerai ces beaux moments. Après, on va reprendre avec nos clubs respectifs et il faudra vite se reconcentrer car on a d'autres objectifs. Mais on aura toujours ce super moment dans nos têtes."

Sa nouvelle "responsabilité"

"On est des exemples, beaucoup de jeunes rêveraient d'être à notre place. Pendant la compétition, on avait beaucoup de jeunes joueurs, très respectueux, bien éduqués, avec un groupe qui vivait bien. C'est l'exemple à suivre pour les plus jeunes. Aujourd'hui je suis à Troyes, ils m'ont beaucoup apporté, c'est aussi une belle marque de reconnaissance. Je serais un menteur si je vous disais que je m'imaginais revenir avec les deux étoiles. J'avais des rêves mais c'est vrai qu'ils sont devenus réalité, c'est fabuleux."

Entendu sur europe1 :
La Croatie a été une super équipe. Honnêtement, ils auraient aussi mérité de remporter le trophée

Sur la Croatie et Mario Mandzukic

"Il y a toujours eu un grand respect entre nous, je trouverai un petit moment pour le chambrer un peu (rires). La Croatie a été une super équipe. Honnêtement, ils auraient aussi mérité de remporter le trophée. Mario, c'est un coéquipier, un ami. On va toujours se parler et laisser cette querelle de 90 minutes de côté et se reconcentrer sur ce qu'on a à effectuer en club."

Les liens avec les 22 autres Bleus

"C'est important d'avoir un lien entre nous, on a vécu des choses magiques qu'on veut continuer à partager. On sera très heureux de se revoir, je ne sais pas si ça sera les 23 mêmes. Il y a déjà Adil Rami qui a pris sa retraite internationale, que je félicite, parce qu'il revient de loin. On aura à cœur de se retrouver en septembre et prendre beaucoup de plaisir parce que porter le maillot de l'équipe de France, c'est un honneur."

Sur Didier Deschamps, la pièce maîtresse

"C'est le sélectionneur, le patron, celui qui mène le navire. Il a réussi son pari et ses choix, pour les 23, les 11… Je pense que la victoire, c'est la victoire d'un groupe, mais aussi d'un staff et c'est vrai que le coach il y est pour beaucoup. Chapeau à lui, pour tout ce qu'il a fait."