Athlétisme : douze Russes suspendus pour dopage dont Ukhov, champion olympique en 2012

  • A
  • A
Ivan Ukhov est suspendu pour quatre ans à compter du 1er février 2019 et perd notamment son titre de champion olympique.
Ivan Ukhov est suspendu pour quatre ans à compter du 1er février 2019 et perd notamment son titre de champion olympique. © FABRICE COFFRINI / AFP
Partagez sur :
Le champion olympique 2012 et la championne du monde 2013 de saut en hauteur font partie des douze athlètes russes suspendus pour plusieurs années par le Tribunal arbitral du sport.

Douze athlètes russes, dont le champion olympique du saut en hauteur en 2012, Ivan Ukhov, ont été suspendus pour dopage pour des périodes allant de deux à huit ans, a annoncé vendredi le Tribunal arbitral du sport (TAS).

Sur la base des révélations du rapport McLaren. Le TAS, qui siège à Lausanne et jugeait en première instance en raison de la suspension de la Fédération russe d'athlétisme, a également suspendu Svetlana Shkolina, championne du monde 2013 de la hauteur. Ces athlètes russes ont été épinglés sur la base des révélations du rapport McLaren sur un système de dopage d'État en Russie, laquelle a été suspendue par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) depuis novembre 2015, a rappelé le TAS.

Annulation de leurs titres acquis depuis 2012. Ukhov est suspendu pour quatre ans à compter du 1er février 2019. Tous ses résultats sont annulés rétroactivement du 16 juillet 2012 au 31 juillet 2015, ce qui le prive de son titre de champion olympique. Shkolina écope également d'une suspension de quatre ans qui débute le 1er février 2019. Tous ses résultats entre le 16 juillet 2012 et le 28 juillet 2015, dont son titre de championne du monde, sont annulés.

Deux lanceuses de marteau suspendues huit ans. Les suspensions les plus lourdes, d'une durée de huit ans, ont été prononcées à l'encontre de deux lanceuses de marteau, Gulfiya Agafonova Khanafeeva et Tatyana Lysenko Beloborodva, suspensions qui courent respectivement de façon rétroactive à partir de janvier 2017 et juillet 2016.

Un appel toujours possible. Ces décisions de première instance peuvent faire l'objet d'une recours devant la division d'appel du TAS, dans un délai de 21 jours, a précisé le tribunal dans son communiqué.