Militaires tués au Burkina Faso : vive émotion lors du dernier adieu à Alain Bertoncello

, modifié à
  • A
  • A
© Rémy Pierre / EUROPE 1
Partagez sur :
Tout le village de Montagny-les-Lanches, en Haute-Savoie, a rendu samedi hommage à Alain Bertoncello, l'un des deux militaires tués le 10 mai au Burkina Faso.
REPORTAGE

Ciel plombé, vol lent de deux hélicoptères au dessus de la petite église de Montagny-les-Lanches, Sur un prélude de Bach de Maurane en fond sonore... Les proches d'Alain Bertoncello se sont réunis samedi matin dans son village de Haute-Savoie, pour un dernier adieu au soldat, tué au Burkina Faso dans la nuit du 9 au 10 mai.

L'une des images qui restera de cette cérémonie, comme de celle de mardi dans la cour des Invalides, est celle des frères d'armes d'Alain Bertoncello accompagnant son cercueil. Une trentaine de membres du commando Hubert de nageurs de combat auquel appartenait le militaire de 28 ans, en béret vert et visage masqué pour préserver leur anonymat, ont été applaudis à leur entrée dans l'église, vers 9 heures. Formant une haie d'honneur autour d'eux, des dizaines de parachutistes étaient venus de toute la région. Juste avant la cérémonie, deux hélicoptères militaires sont également passés au-dessus de l'église.

cer

© ROMAIN LAFABREGUE / AFP

Un petit village où tout le monde se connaît

La messe, suivie par 600 personnes, était empreinte d'émotion dans ce petit village où tout le monde se connaît. Une émotion particulièrement forte lors de la prise de parole de la compagne du défunt, Léa. "Nous avions tant de projets à concrétiser. Nous avions la vie devant nous, et sans toi cela va être très difficile. Mais je te promets que je vivrai pour réaliser nos rêves en ton nom", a-t-elle déclaré. 

Six amis d'enfance d'Alain Bertoncello étaient présents, chacun avec une rose blanche. L'un d'entre eux, Maxime, a également pris la parole. "Je te considérais comme le frère que je n'ai jamais eu. Je suis tellement fier de toi, fier de tout ce que tu as accompli. Pour moi tu seras toujours là, je ne t'oublierai jamais", a-t-il promis, des sanglots dans la voix. 

Lors de la cérémonie, où la tante du jeune homme jouait de l'harmonium et sa sœur Aude de la flûte traversière, les hommages ont tous décrit un jeune homme remarquable, au-delà de l'émotion de circonstance. "Gardez la tête haute ! On peut tous être fiers de notre Alain", a lancé la maire Monique Pimonow.

Avant et après la cérémonie ont retenti des morceaux qu'aimait Alain Bertoncello. Plusieurs titres très doux de Ben Howard, et à la sortie, Familiar Fire de Yodelice. Mort avec un autre membre du commando Hubert, Cédric de Pierrepont, 33 ans, lors d'une opération de libération de deux otages français enlevés au Bénin, Alain Bertoncello a ensuite été incinéré dans l'intimité familiale. Les deux hommes avaient reçu mardi un hommage national aux Invalides, et faits à titre posthume chevaliers de la Légion d'Honneur par le président Emmanuel Macron. 

Europe 1
Par Remy Pierre, édité par Margaux Leridon