Une mission parlementaire réclame un congé du proche aidant "indemnisé"

, modifié à
  • A
  • A
Aide personnes âgées, 1280x640
8,3 millions de personnes aidaient un proche malade, âgé ou handicapé en 2008 (image d'illustration). © JEFF PACHOUD / AFP
Partagez sur :
Actuellement, il est rarement recouru à ce congé par les salariés aidants car il ne fait l'objet d'aucune indemnisation. 

Pour "soutenir" les aidants, une mission parlementaire préconise mardi de leur créer un "statut" spécifique, qui permettrait notamment d'indemniser le congé du proche aidant et de prendre en compte cette tâche "invisible" et "gratuite" dans les droits à la retraite.

8,3 millions de personnes concernées en France. "Il est nécessaire de mettre en place un statut du proche aidant qui lui confère des droits" car il "a besoin de temps, de ressources et d'accompagnement", a déclaré devant la commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale le communiste Pierre Dharréville, rapporteur d'une mission sur les aidants. 8,3 millions de personnes aidaient un proche malade, âgé ou handicapé en 2008, selon la Drees, dont 57% de femmes. Selon des économistes cités dans les conclusions de cette mission, le travail des aidants familiaux peut représenter entre 12 et 16 milliards d'euros, (0,6 à 0,8% du PIB).

Un travail gratuit très important. Pour le député des Bouches-du-Rhône, "les proches aidants fournissent un travail gratuit, un travail informel qui vient au mieux en complément, au pire en palliatif, d'une réponse publique qui n'est pas à la hauteur". Ainsi, le "congé du proche aidant", instauré par la loi d'adaptation de la société au vieillissement (ASV) en 2016, devrait être "indemnisé". Aujourd'hui, il est "trop faiblement recouru" à ce congé par les salariés aidants car "il ne fait l'objet d'aucune indemnisation", il a "une durée insuffisante" (un an maximum sur l'ensemble de la carrière) et il "manque de souplesse".