"Tueur de la gare de Perpignan" : perpétuité assortie de 22 ans de sûreté requise

, modifié à
  • A
  • A
Le verdict est attendu lundi 26 mars.
Le verdict est attendu lundi 26 mars. © RAYMOND ROIG / AFP
Partagez sur :
L'avocat général a requis "la peine maximale" à l'encontre de Jacques Rançon, alias "le tueur de la gare de Perpignan", et réclamé la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans.

L'avocat général a requis "la peine maximale" jeudi à l'encontre de Jacques Rançon, alias "le tueur de la gare de Perpignan", et réclamé la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d'une peine de sûreté de 22 ans. "Jacques Rançon n'a plus rien à faire dans cette société où le droit à la vie est un droit inaliénable", a déclaré Luc-André Lenormand devant la cour d'assises des Pyrénées-Orientales, où Rançon est jugé depuis le 5 mars.

Un "traumatisme considérable" à Perpignan. "Vous êtes une énigme Jacques Rançon !", a-t-il lancé en s'adressant à l'accusé identifié après "17 longues années" pendant lesquelles les policiers ont trébuché sur "des suspects parfaits". "L'affaire qu'on a appelé 'l'affaire des disparus de la gare' ou 'l'affaire du tueur de la gare' a été une affaire criminelle d'une ampleur exceptionnelle qui a provoqué dans la ville de Perpignan un traumatisme considérable", a rappelé le magistrat, avant de passer en revue les quatre victimes de Rançon.

Mutilations. Originaire d'un milieu miséreux de Picardie, cet ancien cariste-magasinier de 58 ans, est jugé pour le viol et le meurtre de Moktaria Chaïb et de Marie-Hélène Gonzalez, accompagnés d'atroces mutilations, ainsi que pour une tentative de meurtre et une tentative de viol. Les faits ont été commis en 1997 et 1998. "Le substitut du procureur me racontera s'être évanoui à la vue du corps de Moktaria", a poursuivi l'avocat général, en référence aux atroces mutilations subies par la jeune femme de 19 ans violée et tuée le 20 décembre 1997.

"Déchaînement meurtrier". Le magistrat a parlé du "déchaînement meurtrier" de Rançon dans l'agression de Sabrina, 19 ans, qu'il avait laissée pour morte le 9 mars 1998. "Et ce couteau avec lequel vous avez agressé vos victimes !", a-t-il fustigé, "le couteau, c'est l'arme des sadiques". Le verdict est attendu lundi 26 mars.