Tourisme : "Les activités écolo comme le kayak et le paddle ont un impact sur la biodiversité"

, modifié à
  • A
  • A
Golfe du Morbihan
Dans le golfe du Morbihan, le tourisme peut perturber la biodiversité. © FRANK PERRY / AFP
Partagez sur :
En vacances, gare aux activités qui paraissent écolo mais perturbent en réalité l'environnement, notamment la faune sauvage. Exemple dans la réserve du golfe du Morbihan, avec les explications de Jérôme Cabelguen, son conservateur.
INTERVIEW

En choisissant de faire du kayak ou du paddle pendant les vacances plutôt que de prendre un bateau à moteur, de nombreux touristes pensent faire un choix plutôt écolo. Pourtant, même ces activités qui ne polluent pas peuvent perturber l'environnement. C'est ce qu'explique Jérôme Cabelguen, conservateur de la réserve du Golfe du Morbihan, dans la matinale d'Europe 1 lundi. 

"Cela envoie des utilisateurs dans des secteurs préservés"

"Les activités comme le kayak et le paddle permettent d'aller dans des zones souvent inaccessibles pour la voile classique ou les bateaux à moteur. Et cela envoie des utilisateurs dans des secteurs plutôt préservés", détaille-t-il. Dans le golfe du Morbihan, certains îlots sont interdits au débarquement. Or, ces activités "vraiment écolo" permettent "d'aller dans des endroits avec peu d'eau, de débarquer sur des îlots d'habitude tranquilles, et tout cela a un impact sur l'environnement, particulièrement la biodiversité", avertit Jérôme Cabelguen.

Kayakistes et paddlers peuvent ainsi déranger la faune sauvage, "notamment les oiseaux pendant leur cycle de reproduction ou l'hivernage". Dans le Morbihan, la période de reproduction s'étale de mai à juillet et donc "se superpose avec le pic de fréquentation des visiteurs", pointe le conservateur de la réserve.

Des effectifs d'oiseaux en baisse

La sur-fréquentation touristique ou le non-respect de certaines règles ont des conséquences très concrètes. "Cela peut aller jusqu'à l'échec de la reproduction : les [oiseaux] adultes vont finir par quitter les sites de reproduction dans le golfe du Morbihan", explique Jérôme Cabelguen. Un effet est déjà observé sur la période hivernale. "Les effectifs d'oiseaux hivernant sur le golfe du Morbihan sont largement en baisse : on a perdu plus de la moitié des oiseaux hivernants du golfe depuis les années 1990."

Pour éviter ces effets pervers du tourisme, le conservateur conseille de se renseigner sur les zones interdites auprès des clubs d'activités et des utilisateurs locaux. Mais aussi, bien sûr, de faire preuve de civisme. "On a aussi affaire à des gens qui, en parfaite connaissance des règles, vont vouloir les contourner", regrette-t-il.