Sophie Davant raconte comment elle a failli travailler dans le milieu du vin

, modifié à
  • A
  • A
Sophie Davant 1:04
Sophie Davant dans l'émission de Laurent Mariotte, "La Table des bons vivants". © Europe 1
Partagez sur :
L'animatrice et journaliste Sophie Davant était l'invitée de Laurent Mariotte dans l'émission "La Table des bons vivants". L'occasion de revenir sur son lien avec la région bordelaise où elle a grandi et qui, jeune, lui avait donné la sérieuse envie de travailler dans le milieu du vin.   
INTERVIEW

Non, Sophie Davant n'a pas toujours voulu être journaliste. C'est ce que l'on découvre cette semaine dans l'émission de Laurent Mariotte, La Table des bons vivants. La jeune Bordelaise, qui a baigné dans les vignobles de la région depuis toute petite a, un temps, songé faire carrière dans le milieu du vin... avant de vite déchanter. Une expérience qu'elle a partagé sur Europe 1. 

Une passionnée d'œnologie 

"J'étais bonne élève", assure Sophie Davant. "On m'a donc fait faire du latin et de l'allemand en première langue. Par la suite, comme j'étais nulle en maths, on m'a fait faire un bac C. Mais comme je n'avais pas un assez bon dossier avec toutes les matières que je faisais, je n'ai pas pu vraiment choisir mon avenir. Par défaut, j'ai fait un cursus de langues étrangères et là, je me disais qu'habitant la région bordelaise, je pourrais travailler dans le milieu du vin." De quoi allier l'utile à l'agréable pour cette passionnée de vin. "J'ai donc tout fait pour faire des stages qui correspondaient à mon envie", explique l'animatrice. Elle a notamment fait un stage chez Pascal Dourthe, négociant en vins. 

Découvrez notre newsletter gastronomie

Recevez tous les dimanches à 10h notre newsletter "A table !" pour exceller derrière les fourneaux avec les recettes, conseils et trucs & astuces de Laurent Mariotte, ses chroniqueurs et ses invités.

Abonnez-vous ici

Le vin, "un milieu fermé"

Après de nombreux stages, Sophie Davant n'a pas été déçue mais elle s'est aperçue qu'il était compliqué d'y avoir sa place. "J'ai fait plusieurs stages et je me suis rendu compte que quand même, c'était plus facile pour réussir dans ce milieu quand on était fils de châtelains. C'était il y a 30 ans, je ne sais pas si c'est toujours aussi fermé comme milieu. Mais du coup j'ai emprunté une autre route."

Europe 1
Par Coraline Brouez