SNCF : la grève du centre de maintenance des TGV Nord suspendue jusqu'à mardi

  • A
  • A
Les grévistes du centre de maintenance des TGV Nord ont décidé de reprendre le travail.
Les grévistes du centre de maintenance des TGV Nord ont décidé de reprendre le travail. © BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :
Le mouvement social au technicentre du Landy en Seine-Saint-Denis, chargé de la maintenance des TGV Nord, Thalys et Eurostar, avait commencé le 31 octobre.

Les grévistes du centre de maintenance des TGV Nord, près de Paris, ont décidé vendredi en assemblée générale de reprendre le travail, suspendant leur mouvement jusqu'à une reprise de la grève mardi, à l'issue du week-end prolongé du 11-Novembre, a-t-on appris auprès de SUD-Rail. Après une réunion de négociations jeudi avec la direction du centre, l'assemblée générale a "longuement discuté" et "décidé de reprendre la grève mardi. Cela laisse tout le week-end à la direction" pour améliorer ses propositions et "revenir à la table des négociations", a déclaré à l'AFP Fabien Monteil de SUD-Rail.

Le mouvement social au technicentre du Landy, à Saint-Denis, en Seine-Saint-Denis, chargé de la maintenance des TGV Nord, Thalys et Eurostar, avait commencé le 31 octobre. Lors des négociations de jeudi, les cheminots ont présenté "46 revendications", dont une hausse de 20 euros nets de la prime de nuit, une prime de 400 euros pour tous les agents, un 13e mois et des embauches, a indiqué Fabien Monteil. "Nos premières revendications concernent le pouvoir d'achat, avant les conditions de travail. Depuis des années, nous sommes les parents pauvres à la SNCF", a-t-il souligné.

"Pas d'impact sur la circulation des trains"

"Le dialogue avec les syndicats continue au niveau local comme au niveau national, même si le mouvement au Technicentre du Landy n'a quasiment pas eu d'impact sur la circulation des trains", a indiqué à l'AFP un porte-parole du groupe public ferroviaire. Une première table ronde avec les syndicats représentatifs de la SNCF (CGT, Unsa, SUD et CFDT) s'est tenue mercredi sur les conditions de travail et rémunérations dans les centres de maintenance des TGV. Les syndicats étaient sortis déçus de cette réunion, que la CGT et SUD avaient quittée avant son terme.

Avant les cheminots du technicentre du Landy, ceux du centre chargé des TGV Atlantique, à Châtillon, dans les Hauts-de-Seine, avaient lancé une grève le 21 octobre, perturbant le trafic sur l'axe Atlantique pendant une dizaine de jours. La circulation des trains avait été fortement impactée pendant la deuxième semaine des vacances scolaires de la Toussaint.