Semaine de la mobilité : RTE double l’indemnité pour aller au travail à vélo

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
L'entreprise Réseau de transport d'électricité multiplie les initiatives pour inciter ses 8.500 employés à utiliser des transports propres pour aller au bureau, et notamment le vélo.

À vos vélos ! La semaine européenne de la mobilité a débuté samedi. Cet événement, qui vise à inciter les citoyens et les collectivités à opter pour des modes de déplacements plus respectueux de l’environnement, a pour thème, cette année, la mobilité propre, partagée et intelligente. Depuis février 2016, un décret permet en France aux entreprises de mettre en place une indemnité kilométrique vélo pour les salariés qui utilisent ce moyen de transport. La société RTE, par exemple, Réseau de Transport d'Electricité, l'a mise en place il y a un an pour encourager les comportements environnementaux. Bilan : beaucoup de salariés se sont mis au deux roues avec quelque 400.000 kilomètres cumulés parcourus en un an.

"À vélo c'est agréable". Et pour inciter ses 8.500 salariés à délaisser leur voiture, RTE a même doublé l'indemnité kilométrique pour ceux qui se déplacent uniquement à vélo, passant ainsi de 200 à 400 euros par an. Désormais, 5% des salariés se sont mis au vélo, comme Antoine : "Ça n'est pas tant la somme de l'indemnité. Je vois ça plus comme une reconnaissance de ma boîte. C'est une manière de faire attention à l'environnement, de ne pas forcément démarrer sa voiture pour faire quelques bornes, alors qu'à vélo c'est agréable", explique-t-il auprès d'Europe 1.

Un masque anti-pollution. Depuis l'installation de douches dans les tours de la Défense où il travaille, Bruno a résilié son abonnement dans les transports en commun et va travailler à vélo tous les jours, été comme hiver. Il a fait 4.200 kilomètres en un an. "Je mets 42 minutes tous les matins. C'est moins de temps qu'en métro, et je n'ai pas les aléas du type 'bagage oublié', 'incident technique', 'grève', etc.", souligne-t-il. "Par contre, j'ai acheté un masque anti-pollution. Ça, c'est obligatoire pour éviter les effets de la pollution en ville".

Et ceux qui n'aiment pas le vélo sont incités à prendre les transports en commun. À Nantes, un nouveau bâtiment de l'entreprise sera inauguré en fin de semaine et les lignes de bus ont été déplacées pour limiter le temps de marche des salariés jusqu'aux bureaux.