Procès Balkany : 7 ans ferme requis contre Patrick Balkany, 4 ans avec sursis contre son épouse

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le parquet a requis 7 ans ferme et 10 ans inéligibilité contre Patrick Balkany, ainsi que 4 ans avec sursis et 500.000 euros d'amende contre son épouse Isabelle. 
DANS LA SALLE D'AUDIENCE

Après trois heures de réquisitoire et une démonstration détaillée du blanchiment, de ses mécanismes et de la corruption, le parquet national financier (PNF) a requis jeudi 7 ans de prison avec incarcération immédiate contre Patrick Balkany, jugé pour blanchiment habituel de fraude fiscale et corruption, "la plus grave des atteintes à la probité publique". Le PNF a aussi demandé que soit infligée une peine de dix ans d'inéligibilité contre le puissant maire LR de Levallois-Perret.

Le couple soupçonné d'avoir dissimulé 13 millions d'euros

Quatre ans de prison avec sursis et 500.000 d'amende ont été requis contre son épouse Isabelle Balkany. Le PNF a relevé que la première adjointe à Levallois-Perret, en convalescence après une tentative de suicide début mai, avait "reconnu une faute" dans une lettre lue à l'audience par son avocat. Le couple, qui a dirigé cette commune cossue de l'ouest parisien presque sans discontinuer depuis 1983, est soupçonné d'avoir dissimulé plus de 13 millions d'euros d'actifs. 

Patrick Balkany "est ruiné", selon son avocat

"J'ai vu depuis que je suis avocat, des hommes condamnés à moins que ça pour des viols et même pour des crimes de sang", a pesté à la sortie de l'audience son avocat, Me Éric Dupond-Moretti. "Patrick Balkany est ce qu'il est et a fait ce qu'il a fait. Mais on requiert sept ans pour avoir dissimulé dans sa fraude fiscale. Quand il aura pris une raclée judiciaire, parce que vous savez ce que je pense du procès, il va prendre une raclée fiscale. Il est ruiné. Au bout d'un moment, la justice au pied du mur de l'exemple, ça a ses limites !", s'est emporté le ténor du barreau, visiblement excédé. Les avocats de la défense vont plaider en début de semaine prochaine, avant un jugement à l'automne.