Pourquoi le plastique recyclé n'est pas vraiment une bonne solution

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Le plastique, que le gouvernement veut voir recyclé à 100% en 2025, est une matière à éviter au maximum, selon les expertes interrogées dans "Le Tour de la question", vendredi.
LE TOUR DE LA QUESTION

Il n'est déjà pas vraiment fantastique, et son pendant recyclé ne serait pas non plus formidable : pour les spécialistes invitées du Tour de la question sur Europe 1, vendredi, c'est le plastique lui-même qui pose problème pour l'environnement. "Le recyclage n'est pas une solution", martèle Hélène de Vestele, présidente d'Edeni, une entreprise de sensibilisation au zéro déchet, alors que le gouvernement veut atteindre le taux de 100% de plastique recyclé en 2025, contre 20% aujourd'hui. 

>> De 9h à 11h, c’est le tour de la question avec Wendy Bouchard. Retrouvez le replay de l’émission ici

Le plastique recyclé, "un paradoxe". "Le pastique recyclé est un paradoxe dans le sens où on ne peut pas recycler à l'infini un plastique", détaille-t-elle, rejointe par Nathalie Gontard, chercheuse à l’Inra (Institut national de la recherche agronomique). "Le recyclage, ça veut dire qu'on peut le recycler infiniment. On part d'un matériau et comme on est capable de le retransformer exactement dans le même matériau, il n'y a pas de déchets. Le verre et le métal, eux sont réellement recyclables."

Le mythe de la bouteille recyclée en pull. "Souvent, ce qu'on entend par recyclage, c'est par exemple une bouteille en plastique transformée en pull", illustre la chercheuse. "Ça n'est pas du recyclage, mais du 'décyclage', un peu comme le papier, qui va se dégrader et qu'on ne pourra pas réutiliser au bout de deux ou trois utilisations. Mais le papier ne pose pas de problème, car il peut réintégrer la boucle du recyclage avec la biodégradation et être re-synthétisé." 

" Après une, deux, voire cinq fois dans le meilleur des cas, le plastique n'est plus recyclable "

"Le plastique, lui, se transforme en particules fines", oppose Nathalie Gontard. Et les chiffres de cette pollution sont effarants : 30% de nos emballages vont terminer leur course dans les océans et 634.000 kg de déchets sont jetés chaque seconde dans les océans, selon l'étude de l'Edeni.

Réintégrer de la matière neuve pour recycler. À quoi correspond, donc, le recyclage du plastique ? "Après une, deux, voire cinq fois dans le meilleur des cas, il n'est plus recyclable", résume Hélène de Vestele. "Surtout, on doit toujours réintégrer de la matière neuve, ce qui n'est pas vraiment une solution. On utilise et on gâche des ressources qu'on a déjà puisées et on va réutiliser des camions et des usines pour recycler tout ça, alors que ça ne sera pas pérenne non plus."