Plus de 260 parties civiles au procès de Jawad Bendaoud

, modifié à
  • A
  • A
"Il y a une volonté d'assister à cette audience même si les faits jugés ne sont pas ceux du 13 novembre", a expliqué une avocate de victimes des attentats. (Photo d'illustration)
"Il y a une volonté d'assister à cette audience même si les faits jugés ne sont pas ceux du 13 novembre", a expliqué une avocate de victimes des attentats. (Photo d'illustration) © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :
Jawad Bendaoud, qui a fourni un logement à des djihadistes impliqués dans les attentats du 13 novembre 2015, sera jugé en janvier. Il encourt six ans d'emprisonnement.

Il y aura au moins 266 parties civiles au procès de Jawad Bendaoud, "logeur" de djihadistes ayant participé aux attentats du 13 novembre 2015, qui sera jugé du 24 janvier au 14 février, a appris l'AFP jeudi lors d'une audience de procédure. Jawad Bendaoud, qui comparaîtra pour "recel de malfaiteurs terroristes", n'a pas assisté à cette audience. En revanche, plusieurs dizaines d'avocats étaient présents au tribunal.

Délinquant multirécidiviste. Jawad Bendaoud, rendu célèbre par une vidéo où il clamait maladroitement son innocence, sera jugé pour avoir fourni l'appartement de Saint-Denis où Abdelhamid Abaaoud, organisateur présumé des attaques, et un autre auteur des tueries s'étaient repliés. Jawad Bendaoud, délinquant multirécidiviste, qui est en détention provisoire, encourt six ans d'emprisonnement.

Ce dossier a été disjoint de l'enquête principale, toujours en cours, sur les attentats qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis. Parmi les parties civiles au procès de Jawad Bendaoud figureront des victimes des attaques du 13-Novembre, certaines ayant été blessées au Bataclan et au café La Belle Équipe, des associations de victimes et des habitants de Saint-Denis, délogés par l'opération du Raid contre l'appartement.

"Une volonté d'assister à cette audience". "Les victimes se disent qu'après les attentats du 13-Novembre, alors que des photos et des noms de suspects avaient été diffusés, des personnes ont aidé" les terroristes, a expliqué à des journalistes l'avocate Héléna Christidis. "Il y a une volonté d'assister à cette audience même si les faits jugés ne sont pas ceux du 13-Novembre", a-t-elle poursuivi.

Un des proches de Jawad Bendaoud, Mohamed Soumah, lui aussi en détention provisoire, et Youssef Aïtboulahcen - un frère d'Hasna Aïtboulahcen, morte lors de l'assaut policier du 18 novembre 2015 contre l'appartement - sous contrôle judiciaire, seront jugés à ses côtés. Le procès sera retransmis dans deux salles et le jugement sera rendu le 14 février, a indiqué la présidence du tribunal.