"Complètement à l'ouest !" : avant le réveillon, un simulateur de conduite en état d'ivresse

  • A
  • A
87% des Français ont prévu de boire au moins un verre d'alcool le soir du Nouvel An (photo d'illustration). 1:37
87% des Français ont prévu de boire au moins un verre d'alcool le soir du Nouvel An (photo d'illustration). © AFP
Partagez sur :
Pour le nouvel an, 87% des Français ont prévu de boire au moins un verre d'alcool, quatre verres en moyenne, selon l'enquête annuelle de la Prévention routière. L'association a donc organisé une simulation dans les rues de Paris pour que chacun se rende compte des effets de l'alcool sur son organisme.
REPORTAGE

Le réveillon est souvent l'occasion pour les Français de se réunir et de boire quelques verres : selon l'enquête annuelle de la Prévention routière, 87% d'entre eux ont prévu de boire au moins un verre d'alcool - on consomme quatre verres en moyenne. L'association s'inquiète donc pour la sécurité routière, l'alcool étant l'une des premières causes de mortalité sur les routes. Elle a choisi d'organiser une simulation dans les rues de Paris pour que chacun se rende compte des effets de l'alcool sur son organisme.

"Complètement à l'ouest"

Lunettes d'alcoolémie sur le nez, en place sur la ligne de départ, les participants entament ainsi un parcours, la vue troublée, les réflexes ralentis et la coordination des mouvements mis à mal. Basile a fait le test et devait suivre le tracé d'une route avec plusieurs obstacles. Sa femme l'a observé et ne peut que constater : "Tu es complètement à l'ouest !"

C'est exactement l'effet recherché par les bénévoles de la Prévention routière. "Au-delà du fait qu'il n'est pas sur la route à cause des lunettes, on voit bien qu'il n'est pas sûr de lui du tout et c'est vraiment l'un des effets de l'alcool", observe l'un d'eux.

"On croit que l'on maîtrise la situation mais pas du tout", assure Basile une fois son parcours du combattant terminé. A chaque obstacle, et même s'il allait lentement, c'était l'accident. Une prise de conscience pour le quinquagénaire. "Si vous buvez, s'il vous plaît, ne prenez pas le volant, ni la moto", conseille-t-il.

Choisir une alternative au volant

Eric Lemaire, vice-président d'Assurance Prévention, prône de son côté l'anticipation. "Préparez votre soirée, c'est le plus important. On la connaît cette date ! Il faut s'organiser pour éviter le risque, qui est bien présent le 31."

Les options pour éviter la voiture sont nombreuses : rentrer en taxi ou en transports en commun, désigner un "Sam" ou dormir sur place, et dans le doute, utiliser un éthylotest.

Europe 1
Par Elise Denjean, édité par Séverine Mermilliod