Nanterre : les étudiants réunis en AG votent le blocage illimité de l'université

, modifié à
  • A
  • A
La fac de Nanterre est bloquée depuis trois semaines, en réaction à la réforme de l'entrée à l'université. (Photo d'archives)
La fac de Nanterre est bloquée depuis trois semaines, en réaction à la réforme de l'entrée à l'université. (Photo d'archives) © ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :
Quelque 700 étudiants se sont réunis en assemblée générale lundi pour se prononcer en faveur d'une prolongation illimitée du blocage de la fac de Nanterre.

Des étudiants de Nanterre réunis en assemblée générale ont voté lundi pour le blocage illimité de leur université, paralysée depuis trois semaines par des opposants à la réforme de l'accès à la fac. Alors que la période des partiels s'est ouverte il y a un peu moins d'une semaine à Nanterre, environ 700 étudiants ont pris part au vote, soit bien moins que lors des précédentes AG qui avaient rassemblé près de 1.700 personnes.

Opposition à la loi ORE. L'assemblée générale s'est également prononcée pour le blocage d'un examen prévu à Arcueil, dans le Val-de-Marne, vendredi. Paralysée depuis trois semaines, l'université de Nanterre fait partie des quelques établissements entièrement bloqués depuis plusieurs semaines par les opposants à la loi Orientation et réussite des étudiants (ORE), accusée d'instaurer un système de sélection déguisée.

Nouvelle AG le 15 mai. Vendredi, la faculté de Nanterre avait acté l'impossibilité d'organiser les partiels sur le campus et décidé de remplacer l'évaluation finale par un devoir à la maison, voire de délocaliser certains partiels afin de permettre aux étudiants de valider leur semestre. Depuis mercredi, aucun partiel n'a pu se tenir à Nanterre, alors qu'ils étaient censés se dérouler du 2 au 18 mai. Une prochaine assemblée générale est prévue pour le 15 mai. Très tôt lundi matin, une poignée d'étudiants anti-bloqueurs s'étaient réunis pour débloquer pendant quelques heures le bâtiment de droit, avant que des étudiants grévistes n'en reprennent le contrôle.