Miss France : Sylvie Tellier explique pourquoi elle n'est pas favorable aux mini-miss

  • A
  • A
sylvie tellier 1:07
Sylvie Tellier ne se verrait pas diriger un concours de "mini-miss" © Europe 1
Partagez sur :
Alors que la tenue du concours Miss France 2021 est suspendue aux annonces gouvernementales, Sylvie Tellier publie "Miss France 1920 - 2020". Invitée d'Anne Roumanoff, elle explique la différence majeure entre Miss France et les concours de mini-miss, différence qui fait qu'elle n'en dirigera jamais. 
INTERVIEW

"Miss France pour enfants". La formule est facile pour définir ce que sont les concours de mini-miss, très populaires aux Etats-Unis et qui existent aussi en France. Mais pour Sylvie Tellier, les deux compétitions diffèrent sur un point crucial, comme elle l'explique au micro d'Anne Roumanoff. La directrice générale de la société Miss France et de Miss Europe Organisation est l'invitée de Ça fait du bien pour la sortie de son livre Miss France 1920 - 2020.

"Je ne pourrais pas le faire"

Sylvie Tellier ne demande pas que les concours de mini-miss soient interdits. "Il y a de la place pour ces concours. Je ne juge pas et je ne critique pas les concours de mini-miss", explique-t-elle. "Mais moi, en tant que maman et en tant que femme, je ne pourrais pas diriger ce genre de concours."

La directrice générale de la société Miss France a également du mal à se projeter en tant que mère de participante. "Je suis maman d'une petite fille qui a 6 ans et qui est fan de La Reine des neiges et de Miss France", précise-t-elle. "Je ne pourrais pas dire à 6 heures du matin 'Allez, je te mets des bigoudis chauffants et on est parti !'."

La violence de la compétition

Selon Sylvie Tellier, la question de l'âge des participantes est cruciale. "Le concours Miss France s'adresse à de jeunes femmes entre 18 et 25 ans parce qu'on veut qu'elles soient majeures", rappelle-t-elle. "On parlait tout à l'heure de féminisme, donc de liberté de choix. Je ne sais pas si c'est toujours le cas."

Elle rappelle également la dureté de la compétition, surtout quand elle se fait sur des critères physiques. "Je ne pense pas qu'une petite fille ait ce recul nécessaire pour savoir si elle est prête à exposer un jugement", s'inquiète-t-elle. "Miss France est un concours de beauté. On va vous juger sur des critères intellectuels, mais avant tout sur des critères physiques. C'est très violent. Et je peux vous dire que même à 18 ans, on a du mal à faire face à toutes ces critiques." Un violence décuplée quand elle est reçue par des enfants de 6 ou 10 ans.

Europe 1
Par Alexis Patri