Marche pour le climat à Paris : après des échauffourées, des organisateurs appellent à quitter la manifestation

, modifié à
  • A
  • A
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Partagez sur :
Selon les autorités, un cortège de militants radicaux "black bloc" s'est constitué au sein de la marche dont le départ était prévu à 14h

Quelque 1.000 manifestants appartenant à la frange radicale de l'ultragauche et des "gilets jaunes" sont présents au sein du cortège de la marche pour le climat samedi à Paris, selon la préfecture de police. La préfecture a également dénoncé des "exactions" commises par des "individus violents" de la mouvance black bloc au début de la marche pour le climat à Paris et appelé les manifestants à s'en "désolidariser".

Les ONG Greenpeace et Youth For Climate, qui font partie des organisateurs de la marche pour le climat samedi à Paris, ont appelé les manifestants à quitter le cortège en raison des violences qui ont éclaté. "Ne prenez aucun risque et quittez la Marche pour le climat. Les conditions d'une marche non-violente ne sont pas réunies", a tweeté Greenpeace, en dénonçant "l'envoi de lacrymogènes sur des manifestants non-violents et des familles".

Des lanceurs de balle de défense (LBD) utilisés

Les forces de l'ordre ont fait usage sur le boulevard Saint-Michel de nombreux gaz lacrymogènes et ont également tiré avec des lanceurs de balle de défense (LBD), arme controversée responsable de nombreuses blessures lors de précédentes manifestations.

Du matériel urbain était également dégradé, des poubelles incendiées avant que n'interviennent les pompiers. Deux banques ont été endommagées et des scooters incendiés.

À 14h, 123 personnes avaient été interpellées et 174 verbalisées dans les zones où il était interdit de manifester, selon la Préfecture de police. Les forces de l'ordre ont pour mission d'intervenir rapidement dès que des attroupements se forment, a expliqué une source au sein de la PP. Quelque 7.500 membres des forces de l'ordre ont été mobilisés pour cette journée sous haute tension pour les autorités.

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP