Marche blanche pour Romain, tué par un policier à Paris : "ce n'est pas la première bavure"

, modifié à
  • A
  • A
Les proches de Romain ont défilé dans le silence, samedi à Draveil. 1:05
Les proches de Romain ont défilé dans le silence, samedi à Draveil. © AFP
Partagez sur :
Environ 150 personnes ont marché samedi à Draveil, dans l'Essonne, réclamant la "justice" pour le jeune automobiliste tué par un policier lors d'une course-poursuite dans Paris, mi-août. 
REPORTAGE

Une marche solennelle et silencieuse, sans slogan. Environ 150 personnes ont défilé samedi dans l'Essonne, pour rendre hommage à Romain, jeune automobiliste tué par un policier lors d'une course-poursuite dans Paris mi-août. 

"Ce n'est pas normal, ce qui s'est passé". Le cortège a défilé calmement entre Vigneux-sur-Seine, où l'homme de 26 ans a longtemps vécu, et la ville voisine de Draveil, où il résidait. Certains portaient des t-shirts "Justice pour Romain" et brandissaient des roses blanches. "Il faut que la justice soit rendue. C'était un jeune tranquille, qui travaillait à Rungis, quelqu'un qui se débrouillait. Ce n'était pas un délinquant", a témoigné l'un des amis du jeune homme au micro d'Europe 1. "Ce n'est pas la première histoire, ce n'est pas la première bavure", a estimé un autre de ses proches. "Ce n'est pas normal, ce qui s'est passé." 

Préparateur de fruits et légumes, Romain est décédé dans la nuit du 14 au 15 août, après avoir refusé d'obtempérer lors d'un contrôle de police à Paris. L'agent qui a tiré le coup de feu mortel, âgé de 23 ans, a depuis été mis en examen pour "violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner par personne dépositaire de l'autorité publique".

Un hommage "dans la dignité et dans le calme". "Je vous remercie d'avoir rendu hommage à Romain dans la dignité et dans le calme", a déclaré le père de Romain à l'issue de la marche, des sanglots dans la voix. Très émue, la famille n'a pas fait de commentaires, tenant simplement à remercier les policiers qui ont sécurisé le parcours. 

Europe 1
Par Europe1.fr avec Pierre Herbulot et AFP