Lison, 25 ans, sapiosexuelle : "Pour l'attirance, il y a d'abord l'intellect et la connexion émotionnelle"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Chez Olivier Delacroix, Lison explique sa sapiosexualité. Elle est attirée par quelqu'un davantage par ce qu'il dégage intellectuellement et humainement, que par son physique.
VOS EXPÉRIENCES DE VIE

Pour Lison, 25 ans, l'attirance va bien au-delà de l'apparence physique. Elle se crée surtout quand elle arrive à trouver une connexion intellectuelle avec la personne qui est en face d'elle. On parle alors de sapiosexualité. Un terme récent qui désigne les personnes attirées par la réflexion et l'érudition de l'autre. Lison s'est confiée à Olivier Delacroix vendredi.

>> De 15h à 16h, partagez vos expériences de vie avec Olivier Delacroix sur Europe 1. Retrouvez le replay de l'émission ici

L'intelligence émotionnelle

"L'attirance va bien au-delà des caractéristiques physiques et du sexe pour moi. Je suis spontanément plus attirée par des femmes que par des hommes, car c'est avec certaines d'entre elles que j'ai pu construire des relations plus profondes et développer ce qu'on appelle une intelligence émotionnelle. J'ai pu me sentir vivante comme je ne l'avais jamais été jusqu'alors.

Néanmoins, j'aimerais nuancer mon propos, car je ne pense pas que ce soit dû au genre de la personne. En effet, j'ai pu bâtir un lien similaire avec deux hommes, dont le dernier en date était rempli de douceur, de féminité. Il avait des caractéristiques qu'on donne régulièrement aux femmes dans la société. Quand bien même sa beauté ne m'a pas transcendé, dès le début, j'ai été charmée en raison de cette connexion intellectuelle. On avait les mêmes références, on venait du même milieu social, il y avait derrière tout ça de l'empathie, une connexion, c'est ce que j'appelle de l'intelligence émotionnelle.

"Je ne pense pas que je peux m'attarder uniquement sur le corps d'une personne"

Il y a d'abord l'intellect, la connexion émotionnelle, mais je ne pourrais pas me contenter d'une relation sans contact physique. Il me faut quelqu'un que je juge vrai, avec une incarnation, un discours, un idéal, une sensibilité partagée. Toutes ces choses qui font finalement un couple et une relation. Je ne pense pas que je peux m'attarder uniquement sur le corps d'une personne, il faut obligatoirement qu'il y ait autre chose. L'attirance sexuelle c'est une chose, mais l'attirance intellectuelle et émotionnelle en est une autre. C'est par ce facteur-là qu'une relation peut être durable.

Je pars du principe que je n'aime ni un âge, ni un sexe, ni une couleur de peau. Je n'aime pas tellement les étiquettes. Ce qui va m'attirer, c'est la possibilité d'avoir un débat, ce que la personne a dans la tête, mais aussi si ce que la personne dégage me touche. Une même sensibilité permet de me sentir plus proche de l'autre et moi de me sentir plus vivante. Cette sensibilité s'exprime très souvent par des centres d'intérêts communs et des capacités de réflexion commune."

Europe 1
Par G.P.