Le nombre de vols aux distributeurs de billets s'envole à Paris

  • A
  • A
Pour contrer cette délinquance, la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne veut renforcer sa coopération avec les banques. 1:20
Pour contrer cette délinquance, la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne veut renforcer sa coopération avec les banques. © JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP
Partagez sur :
Les responsables de ces agressions, généralement des mineurs, usent de procédés atypiques pour effrayer et voler leurs victimes.

À Paris, le nombre d'agressions aux distributeurs automatiques explose, selon une enquête du Journal du Dimanche. L'année dernière, il y a eu 317 incidents répertoriés. Cette année, depuis le mois de janvier, la police comptabilise déjà plus d'une centaine de vols, en particulier dans le centre ville, notamment dans les 5ème, 6ème, 11ème et 16ème arrondissements. Ce sont ainsi deux attaques ou tentatives d’attaque qui ont lieu chaque jour dans la capitale.

Des bandes de mineurs. Les forces de l’ordre peinent tout particulièrement à appréhender les malfaiteurs. "En général, ce sont des groupes de jeunes mineurs qui se livrent à ces agressions, et il donc est très difficile de les poursuivre et de les empêcher de nuire", explique pour Europe 1 Pascal Ceaux, journaliste du JDD à l’origine de cette enquête. En effet, s’ils sont arrêtés, les mineurs ne peuvent être détenus.

Des filières familiales. Les auteurs de ces faits usent également de moyens d'intimidation parfois étonnants. "D’abord, ils repèrent et suivent leur victime, et au moment où elle s’approche du distributeur pour retirer de l’argent, ils l’encerclent, la bousculent et parfois lui agitent devant le nez, surtout si c’est une femme, un rat mort pour l’effrayer. Elle se laisse alors dérober sa carte et son argent si elle en a déjà retiré", rapporte le journaliste. Les voleurs se rendent alors à un distributeur situé un peu plus loin et retirent généralement quelques centaines d’euros. "Ce sont souvent des filières familiales : les mineurs procèdent au vol et le passent (l'argent ou la carte, ndlr) à des complices, les adultes, qui sont les véritables commanditaires de l’opération."

Collaboration avec les banques. Pour contrer cette délinquance, la Direction de la sécurité de proximité de l’agglomération parisienne veut renforcer sa coopération avec les établissements bancaires, précise encore Le JDD. Elle leur demande notamment d’uniformiser le processus de retrait. Actuellement, deux situations existent lorsqu’une personne veut retirer de l’argent à un distributeur : soit elle tape son code secret, puis choisit la somme voulue, ou inversement. La dernière option semble devoir limiter les montants dérobés par les malfaiteurs, puisque ceux-ci sont obligés de voir le code avant d'emporter la carte. Si le retrait est déjà lancé par la machine, le plafond est entamé. Néanmoins, les banques concernées rechigneraient à investir pour modifier le processus de retrait.

Europe 1
Par Jihane Bergaoui, édité par R.Da.