Le directeur de la police nationale dit avoir découvert l'affaire Benalla dans "Le Monde"

  • A
  • A
Le chef de la police nationale a estimé que la sanction prise contre Alexandre Benalla, à savoir une mise à pied de 15 jours, était juste.
Le chef de la police nationale a estimé que la sanction prise contre Alexandre Benalla, à savoir une mise à pied de 15 jours, était juste. © FRANCOIS GUILLOT / AFP
Partagez sur :
Eric Morvan a indiqué lors de son audition au Sénat, mercredi, qu'il n'avait croisé Alexandre Benalla qu'une dizaine de fois, n'ayant jamais échangé avec lui que "de courtoises salutations".

Le directeur général de la police nationale Eric Morvan a affirmé mercredi n'avoir été informé de la présence d'Alexandre Benalla à la manifestation du 1er mai à Paris qu'après la parution de l'article du Monde révélant l'affaire, le 18 juillet. Dans cet article, le quotidien avait révélé que ce collaborateur d'Emmanuel Macron, qui accompagnait des policiers comme "observateur" selon l'Elysée, avait été filmé en train de frapper un manifestant.

"M. Benalla n'est pas un de mes employés". "Je n'ai été informé de la présence de M. Benalla sur les événements du 1er mai qu'à la lecture du journal Le Monde. Je n'étais pas dans la boucle apparemment restreinte de ceux qui savaient. L'IGPN (l'Inspection générale de la police nationale, ndlr) pas davantage", a déclaré Eric Morvan, lors de son audition devant la commission d'enquête du Sénat. "Entre le 2 mai et la parution de l'article du journal Le Monde, je n'ai pas été mis au courant. [...] J'ignore tout de la mise à pied de M. Benalla, mais cela n'a rien d'étonnant : M. Benalla n'est pas un de mes employés. Je n'ai pas de pouvoir disciplinaire sur lui", a ajouté le patron de la police.

Des relations cordiales. Les violences exercées par le collaborateur de l'Elysée sont des "faits extrêmement graves, inacceptables, commis par un jeune homme à mon avis qui a un peu perdu les pédales, qui a eu un peu la grosse tête", a-t-il estimé. Eric Morvan a indiqué avoir "croisé une dizaine de fois" Alexandre Benalla, lors de déplacements ou cérémonies auxquels participait le président de la République. La dernière fois remonte au 14 juillet, "dans la tribune officielle". "Je l'identifiais clairement comme un collaborateur du chef de cabinet de la présidence de la République".

"Je n'ai jamais eu à échanger avec lui d'autres propos que de courtoises salutations. Je n'ai pas le souvenir d'avoir participé à des réunions de travail en sa présence", a raconté Eric Morvan, qui n'a "jamais remarqué de sa part une attitude déplacée".

"Ce n'est pas une sanction clémente". En ce qui concerne la sanction contre Alexandre Benalla, une mise à pied de 15 jours, le chef de la police a affirmé qu'il aurait "pris exactement la même décision" s'il avait été à la place du directeur de cabinet de la présidence, Patrick Strzoda. "Ce n'est pas une sanction clémente", a-t-il jugé. Dans un communiqué, les avocats d'Alexandre Benalla ont expliqué lundi que leur client avait voulu "prêter main forte" aux policiers face aux manifestants, évoquant un "apparent dépassement des capacités opérationnelles des policiers sur place".

 

Des forces de l'ordre débordées sur la place de la Contrescarpe ? Dans un communiqué, les avocats d'Alexandre Benalla ont expliqué lundi que leur client avait voulu "prêter main forte" aux policiers face aux manifestants sur la place de la Contrescarpe à Paris, évoquant un "apparent dépassement des capacités opérationnelles des policiers sur place". "C'est une plaisanterie!", a répondu Eric Morvan. "Quand vous regardez les images, vous voyez de nombreux fonctionnaires de police. Vous ne voyez pas que la police était particulièrement fébrile".