L'Assemblée vote la création d'un parquet national antiterroriste

, modifié à
  • A
  • A
© MARTIN BUREAU / AFP
Partagez sur :
Les députés ont validé lundi soir la création d'un parquet national antiterroriste, qui sera dirigé par un procureur entièrement dédié à la lutte antiterroriste. 

L'Assemblée nationale a voté lundi la création d'un parquet national antiterroriste (PNAT), l'une des mesures phares du projet de réforme de la justice, qui doit permettre, selon le gouvernement, de mieux répondre à la menace.

L'article adopté par les députés en première lecture prévoit la création de ce parquet, qui sera dirigé par un procureur de la République antiterroriste, dont le nom n'est pas encore connu. Un décret fixera son entrée en fonction, qui devrait intervenir au plus tard le 1er janvier 2020, le temps de nommer les membres du futur PNAT. Ce nouveau parquet sera le deuxième spécialisé, après la création en 2013 du parquet national financier (PNF) né du scandale Cahuzac. 

Il se substituera au parquet de Paris. La garde des Sceaux Nicole Belloubet a vanté la création d'une "force de frappe" face au "risque terroriste toujours présent, surtout endogène", et la "visibilité institutionnelle" de ce nouveau parquet qui "aura toute la capacité nécessaire pour nouer des relations au plan européen". Le PNAT se substituera au parquet de Paris pour le traitement des infractions terroristes, des crimes contre l'humanité, des crimes et délits de guerre, des crimes de tortures et encore des infractions relatives à la prolifération d'armes de destruction massive. Il "bénéficiera d'une équipe de magistrats et de fonctionnaires renforcée", a promis le Premier ministre en juillet.

Des relais territoriaux. Les députés ont voté cet article du projet de loi justice à main levée, après seulement quelques minutes de débats. Le communiste Stéphane Peu, opposé au PNAT, a relayé les réticences de certains professionnels de la justice quant à un "risque d'isoler la lutte antiterroriste des autres secteurs de la justice" comme la criminalité organisée ou la cybercriminalité. Mais le PNAT "ne sera pas isolé, il aura des relais territoriaux" et "pourra bénéficier d'une réserve opérationnelle" de magistrats du parquet de Paris en cas de besoin, a assuré la ministre, selon qui "ce sera un mécanisme très complet et très efficace".

Des enregistrements vidéo pour les archives historiques de la justice. Le Sénat à majorité de droite, qui avait examiné en premier en octobre le projet de loi, n'avait pas voulu de la création du PNAT - "une mesure d'affichage" selon Philippe Bas (LR). A l'Assemblée en revanche, la droite y est plutôt favorable. Les députés ont voté un amendement gouvernemental pour rendre systématique l'enregistrement audiovisuel des audiences des procès pour terrorisme et crimes contre l'humanité, en cas de demande du ministère public. Et ce, pour la constitution des archives historiques de la justice.