L'appel à l'aide d'une famille de Landivisiau pour sauver leur fils de 10 ans atteint d'une tumeur au cerveau

  • A
  • A
© François Coulon
Partagez sur :
Androu, âgé de 10 ans, vient de récidiver d'une tumeur au cerveau. Son traitement de la dernière est aux Etats-Unis, mais pour cela, la famille doit récolter un millions d'euros en 15 jours. 
REPORTAGE

C'est un appel à l'aide que relaye Europe 1 mardi soir. Celui des parents du petit Androu, âgé de 10 ans, et qui habitent à Landivisiau dans le Finistère. Victime d'une tumeur au cerveau il y a cinq ans, le jeune garçon vient de récidiver, malgré une opération et des traitements à plusieurs reprises.

Les cancérologues français ne peuvent plus rien faire

Mais cette fois, les cancérologues de l'Institut Gustave Roussy à Paris ne seront d'aucune aide à la famille. "Ils nous ont dit qu’ils ne savaient pas soigner les récidives métastatiques de la maladie de mon fils", déplore la maman d'Androu, Elena. Conséquence, les médecins français "ne proposent plus rien" à la famille, démunie devant une situation "insupportable". Mais Elena se refuse à baisser les bras. Elle ne veut pas "accepter ce genre de verdict". "La seule perspective pour nous, ce sont les essais cliniques aux Etats-Unis. C'est le traitement de la dernière chance."

Un budget d'un million d'euros

Les parents d'Androu sont lancés dans une course contre la montre. Car la santé du jeune garçon décline rapidement. Ils ont quinze jours pour rassembler une somme colossale, 1 millions d'euros, afin de payer "les coûts d'hospitalisation faramineux sur place", selon Elena. Mais la maman d'Androu ne perd pas espoir et fait ses calculs : il suffirait que "100.000 personnes donnent 10 euros chacun" pour atteindre l'objectif. C'est pourquoi ils ont ouvert une cagnotte en ligne, qui a recueilli près de 85.000 euros. La famille bretonne espère donc un grand élan de solidarité, "pas seulement à l'échelle du Finistère ou de la Bretagne", mais sur tout le territoire. "Sinon ça ne marchera pas", estime Elena.

 

Europe 1
Par François Coulon, édité par Cédric Chasseur