L'ancien chef politique de l'ETA arrêté en France

, modifié à
  • A
  • A
Jose Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea a été arrêté jeudi matin en France. (Photo d'archive de 2002)
Jose Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea a été arrêté jeudi matin en France. (Photo d'archive de 2002) © AFP
Partagez sur :
Jose Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, en cavale depuis 17 ans, a été arrêté jeudi matin en France, a annoncé le ministère espagnol de l'Intérieur. 

Un ancien chef de l'organisation séparatiste basque ETA en cavale depuis 2002, Jose Antonio Urrutikoetxea Bengoetxea, a été arrêté jeudi matin en France, a annoncé le ministère espagnol de l'Intérieur. Plus connu sous le nom de Josu Ternera, l'ancien chef politique de l'ETA, organisation aujourd'hui dissoute après quatre décennies de violence, a été arrêté "aux premières heures de la matinée aujourd'hui à Sallanches (Haute-Savoie) dans les Alpes françaises" dans une opération conjointe avec la Direction générale de la sécurité intérieure française, a précisé le ministère dans un communiqué.

Arrêté devant l'hôpital 

Jose Antonio Urrutikoetxea a été arrêté jeudi vers 7h sur un parking de l'hôpital général situé au pied des majestueuses aiguilles de Warens par les enquêteurs qui l'attendaient, a indiqué à l'AFP la chef d'escadron des gendarmes de Chamonix Sarah Chelpi. Il s'y rendait pour un rendez-vous médical accompagné d'un ami qui a aussi été interpellé, a précisé Sarah Chelpi, ajoutant que l'arrestation s'était déroulée sans heurt. 

Josu Ternera a d'abord été placé en rétention dans les locaux de la brigade de gendarmerie, avant d'être admis à l'hôpital car il a demandé à être examiné par un médecin, a encore indiqué cette source. Il devait être conduit dans l'après-midi devant le procureur de Bonneville puis devant le juge des libertés et de la détention du même tribunal. S'agissant de faits relevants du terrorisme, le procureur de Bonneville se dessaisira sans doute rapidement au profit de celui de Paris, a-t-on indiqué de source proche de l'enquête.

En cavale depuis 2002

L'ETA a tué plus de 800 personnes dans une campagne d'attentats pour l'indépendance du Pays Basque. La police espagnole le recherchait depuis 2002, quand il était passé dans la clandestinité pour échapper aux poursuites pour son rôle dans un attentat contre une caserne de la Garde civile à Saragosse, dans le nord de l'Espagne, qui avait fait 11 morts dont cinq enfants en 1987. Très influent dans l'organisation, Ternera, qui serait gravement malade, avait enregistré la "déclaration finale" par laquelle l'ETA annonçait sa dissolution définitive en mai 2018.