LA QUESTION SEXO - Je suis vierge à 35 ans et j'ai peur que cela fasse fuir les femmes

  • A
  • A
Partagez sur :
Dans "Sans Rendez-vous", la sexologue et psychanalyste Catherine Blanc répond à Florian qui est toujours vierge à 35 ans. Il se demande si cela ne risque pas de faire fuir les femmes. La spécialiste se veut rassurante mais affirme également qu'il y a une raison autre que l'absence de la bonne rencontre pour expliquer cette situation. 

>> C'est un sujet souvent délicat à aborder, surtout passé un certain âge : l'inexpérience sexuelle. Pourtant, à 35 ans, Florian ne désespère pas de trouver "[sa] moitié". Mais il craint que sa situation fasse fuir la gente féminine. Se voulant rassurante, la sexologue et psychanalyste Catherine Blanc avance qu'il peut toujours trouver chaussure à son pied, notamment parce que son inexpérience peut plaire à certaines femmes. Mais la spécialiste affirme aussi dans "Sans Rendez-vous" que l'absence de la bonne rencontre n'est pas la seule raison pour expliquer cette situation.

La question de Florian

À 35 ans je suis toujours vierge. J'espère rencontrer un jour ma moitié mais j'ai peur que mon manque d'expérience fasse fuir les femmes. Qu'en pensez-vous ?

La réponse de Catherine Blanc

Ne pas avoir d'expérience à 35 ans ne veut pas dire qu'on n'en aura jamais. Maintenant, il ne faut pas que Florian cherche sa moitié mais une personne toute entière, car à partir du moment où l'on cherche sa moitié, on a peu de chance de se trouver. La recherche de l'amour est en effet assez naturellement une recherche de soi, et c'est au détour de cette quête que nous allons découvrir l'autre dans ses différences. Ce qui va nous donner l'occasion de nous faire grandir et de nous épanouir.

Être toujours vierge à 35 ans est quand même hors-norme d'un point de vue statistique, cela traduit-il un problème ?

Si tout le monde avance à son rythme, on peut noter ici effectivement que ce temps de la sexualité tarde. Cela pose évidemment la question de ce qui est à l'origine de cet empêchement. On ne peut pas simplement avancer que c'est parce qu'on n'a pas rencontré la bonne personne. Cela peut être une timidité, une peur du féminin, mais aussi la recherche d'une partenaire dont l'idée se fait de plus en plus précise, et encore moins crédible puisqu'elle ne correspond plus au réel. Il est également possible que la recherche d'une partenaire cache ici la question du genre qui attire réellement Florian.

Le fait que ce soit un homme peut créer un complexe ?

Oui, car on attend traditionnellement de la part d'un homme qu'il soit initiateur, qu'il ait déjà des compétences.

Cela peut-il repousser une éventuelle partenaire ?

Je pense qu'il y a des femmes qui vont adorer l'idée d'initier cet homme parce qu'elles peuvent avoir envie d'être la première et de montrer la voie de leur propre idée de la féminité. Mais d'autres, qui attendent d'être révélées par le biais d'un homme, pourront être inquiètes. Que Florian se rassure, il a des possibilités. 

Europe 1
Par Catherine Blanc