La justice décide de maintenir en détention Tariq Ramadan, poursuivi pour viols

, modifié à
  • A
  • A
Tariq Ramadan souffre d'une sclérose en plaques et d'une neuropathie.
Tariq Ramadan souffre d'une sclérose en plaques et d'une neuropathie. © MEHDI FEDOUACH / AFP
Partagez sur :
L'intellectuel suisse, qui souffre de deux maladies, est écroué à la prison de Fleury-Mérogis dans l'Essonne. Il est mis en examen pour viols.

L'islamologue Tariq Ramadan, mis en examen pour viols, reste en prison, la cour d'appel de Paris ayant rejeté jeudi son recours contre sa détention provisoire.

Ramadan a refusé de comparaître. Avant de se prononcer, la chambre de l'instruction avait désigné un expert médical, qui a jugé l'état de santé de l'intellectuel musulman compatible avec sa détention. Ecroué le 2 février, le théologien suisse de 55 ans dit souffrir d'une sclérose en plaques et d'une neuropathie. Il a refusé de comparaître à cette audience à huis clos.

Tariq Ramadan, 55 ans, a été mis en examen le 2 février pour viols, dont l'un sur personne vulnérable, après les plaintes de deux femmes fin octobre, qui ont débouché sur une information judiciaire confiée à trois juges d'instruction.

"L'emprise mentale" d'un "maître spirituel". Toutes deux ont confié aux enquêteurs l'"emprise mentale" qu'exerçait sur elles ce "maître spirituel". Elles ont décrit des rendez-vous ayant soudainement basculé dans des rapports sexuels d'une grande violence sous la contrainte, dans des hôtels en marge de conférences à succès de l'islamologue, le 9 octobre 2009 à Lyon et en mars-avril 2012 à Paris.