La fessée interdite, ça va changer quoi pour les parents ?

  • A
  • A
© LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :
Quarante ans après la Suède, la France est devenue mardi le 56e État à bannir les châtiments corporels.

La fessée et toutes les autres formes de violences sur son enfant, c'est fini ! Une loi symbolique, mais historique, a définitivement été votée mardi soir au Sénat, alors que 85% des Français disent avoir déjà donné une claque ou une fessée à leurs enfants. La France est le 56ème pays à interdire les châtiments corporels après... le Kosovo qui nous a coiffés au poteau en votant l'interdiction il y a seulement quelques jours. Qu'est-ce que ce texte va changer dans notre vie quotidienne ?

Les parents n'ont plus de "droit de correction" sur leurs enfants. C'était une jurisprudence, elle tombe avec cette loi qui affirme que "l'autorité parentale s'exerce sans violences psychiques ou psychologiques". Ça veut donc dire aussi qu'il est désormais interdit de crier sur son enfant, de l'humilier, le dévaloriser et de lui dire par exemple ‘tu es nul, tu n'arriveras jamais à rien’. Et interdit, bien sûr, de lever la main sur lui.

Bientôt des campagnes de prévention ?

Cette loi ne s'appliquera pas via des sanctions, mais par l'éducation des parents à de meilleurs comportements. La nocivité des châtiments corporels et verbaux est en effet désormais démontrée par les neurosciences.

La suite, ce pourrait être, par exemple, de grandes campagnes de prévention, des messages sur les briques de lait ou les cahiers d'écoliers, mais aussi des cours, comme pour la préparation à l'accouchement. On préparerait les parents à exercer leur autorité sans violence.

Europe 1
Par Virginie Salmen, édité par B.B