Journée mondiale de lutte contre le Sida : Quel est le profil de ceux qui ont découvert leur séropositivité en 2017 ?

, modifié à
  • A
  • A
© SAMUEL KUBANI / AFP
Partagez sur :
C'est aujourd'hui la journée mondiale de lutte contre le Sida, une maladie qu'on est encore loin d'avoir éradiqué, malgré des années de lutte acharnée.

Quelle est actuellement la situation de l »épidémie du sida en France ? Où en est l'épidémie chez nous ? Cette année, l'agence Santé Publique France n'a pas été capable de nous fournir des chiffres complets pour l'année 2017, mais on a quelques données sur les nouvelles contaminations. Alors, concrètement, quel est le profil de ces personnes qui ont découvert leur séropositivité en 2017 ?

Les hommes homosexuels , premiers concernés. Comme depuis plusieurs années, les hommes représentent 66% des découvertes de séropositivité. Ensuite, si on rentre dans le détail, les hommes homosexuels et les hétérosexuels nés à l'étranger, sont les deux groupes les plus touchés par le VIH.

A eux seuls, ces deux groupes représentent respectivement 45 et 38% des nouvelles contaminations en 2017/2018. Ce qui les place vraiment en position de groupe à haut risque, particulièrement les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Pour vous donner une idée, ils représentent quasi la moitié des 6.000 nouveaux contaminés chaque année ! Ce qui veut bien dire, qu'il ne faut pas relâcher la pression, particulièrement dans cette population, et qu’il faut continuer à agir, à mener des actions de prévention.

On dépiste beaucoup, mais pas forcément assez dans les populations les plus à risque... Autre problème : la part des personnes qui se découvrent porteuses du VIH, à un stade déjà avancé est toujours très élevé. Ces découvertes tardives de séropositivité, c'est plus d'un quart des nouvelles contaminations. C'est à dire que 28% des personnes diagnostiquées en 2017 ont appris leur maladie à un stade avancé de l'infection, c'est ce qu'on appelle le stade clinique de sida. Et le plus incroyable presque, c'est que la moitié de ces personnes déclarent n’avoir jamais été testées auparavant. Ce qui montre bien qu'on a encore des progrès à faire : en France on dépiste beaucoup, mais apparemment, pas forcément assez dans les populations les plus à risque...

Le VIH touche aussi les séniors

Contrairement à ce que l'on imagine, le nombre de plus 50 ans qui se contaminent est loin d'être anecdotique. En 2016, par exemple, ils représentaient 20% des nouvelles contaminations.

Alors ces séniors ce sont pour les 3/4 des hommes, contaminés autant par des rapports sexuels hétéro que homo. Donc ce que ces chiffres révèlent surtout, c'est que dans cette tranche d'âge, il y a beaucoup de prises de risque, probablement parce qu'ils ont l'impression qu'à leur âge, le VIH ça ne les concerne pas!!! Or on voit bien que c'est faux, et qu'il serait même peut être important, que les actions de prévention, que des campagnes pourquoi pas, ciblent cette population, si on veut un jour en finir avec l'épidémie de VIH en France.

Europe 1
Par Mélanie Gomez, édité par B.B