INFORMATION EUROPE 1 - 8% des adolescentes ont déjà été confrontées à des rapports ou des tentatives de rapports sexuels forcés

, modifié à
  • A
  • A
L'apprentissage de la notion de consentement sexuel se fait parfois avec l'aide de professionnels dans les lycées. Photo d'illustration
L'apprentissage de la notion de consentement sexuel se fait parfois avec l'aide de professionnels dans les lycées. Photo d'illustration © KENZO TRIBOUILLARD / AFP
Partagez sur :
Selon des chiffres de l'Agence Santé Publique France, révélés en exclusivité par Europe 1, 8% des filles entre 15 et 17 ans ont déjà été confrontées à des rapports sexuels forcés ou à des tentatives de rapport forcés. Le signe d'un problème avec la notion de consentement chez les jeunes, alertent les spécialistes.
INFO EUROPE 1

Comment s'assurer que les filles et les garçons comprennent tous la notion de consentement sexuel et l'expriment au moment le plus juste ? La question se pose avec d'autant plus d'acuité que 8% des jeunes filles de 15-17 ans ont déjà été confrontées à des rapports sexuels forcés ou à des tentatives de rapport forcés, contre 1% des jeunes hommes, d'après un chiffre de l'Agence Santé Publique France, rattachée au ministère de la Santé, que révèle en exclusivité Europe 1, mardi. 

Par ailleurs, plus d'une femme sur dix a déclaré avoir cédé aux attentes de son partenaire lors du premier rapport sexuel, et près de 2% disent y avoir été forcées, selon l'agence sanitaire Santé publique France. 

Des filles "traumatisées" par des garçons "qui les ont poussées". L'Agence publie des données inédites sur la sexualité des adolescents et pose sur la table, pour la première fois venant des autorités sanitaires, la question du consentement sexuel. Et il suffit d'interroger des lycéennes pour se rendre compte que vers 15 ans, le consentement sexuel est déjà un sujet compliqué entre garçons et filles. "Ce n'est pas parce qu'on embrasse quelqu'un qu'on a envie de coucher avec lui", affirme une adolescente.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

"J'aimerais bien que la personne avec qui je vais le faire me demande si je me sens prête", confie une autre. "Ça peut paraître un peu gênant mais au moins, comme ça, on est sûrs. Certaines amies ont eu mal pendant leur première fois et sont presque traumatisées par ça. C'est parce que les garçons les ont tellement poussées."

" Les garçons, parfois éduqués avec le porno, sont persuadés que le non de la fille ne vaut rien. Tout le drame est là "

Pouvoir dire non, "jusqu'à la dernière seconde". Selon les spécialistes, il faudrait que cette question du consentement soit plus clairement posée entre garçons et filles. Pour l'heure, la tâche est considérable. "Les jeunes filles pensent souvent qu'elles ne peuvent plus dire non passé un certain moment. Notre travail consiste à leur dire qu'elles le peuvent, jusqu'à la dernière seconde", analyse le docteur Ghada Hatem, gynécologue qui travaille à la maison des femmes de Saint Denis et qui intervient souvent auprès des jeunes dans les lycées.

"Les garçons, parfois éduqués avec le porno, où la femme fait semblant de dire non et ensuite fait semblant d'être très contente qu'on ne l'ait pas prise au sérieux, sont persuadés que le non de la fille ne vaut rien. Tout le drame est là." Et le consentement, ça s'apprend dès deux ans, selon la psychologue. À cet âge, il n'est pas question de sexualité, mais en apprenant aux petits que personne n'a le droit de les toucher sans leur accord.

 

 

Santé publique France lance la campagne "OK, pas OK"

Santé publique France a lancé la campagne "OK, pas OK" sur la question du consentement destinée aux adolescents. La campagne repose sur une série de podcasts réalisés par Delphine Dhilly, auteure d'un documentaire Sexe sans consentement qui a été diffusé par France 2 dans l'émission Infrarouge. Quatre jeunes filles et un garçon y témoignent de leur expérience. Chaque podcast s'achève par un message rappelant l'importance de se parler et de s'écouter.

Les podcasts se trouvent sur le site Onsexprime.fr (rubrique "Droits & Sexes") de l'agence sanitaire dédié aux ados. A ceci, s'ajoute une campagne à la radio, sur les plateformes audio (Spotify, Deezer, NRJ radio digitale, Fun radio) et les réseaux sociaux (Snapchat, Instagram, Facebook) pour inciter les adolescents à venir écouter ces témoignages.

Europe 1
Par Mélanie Gomez, édité par Thibaud Le Meneec