Impôts : nos conseils pour vous motiver à remplir votre déclaration

  • A
  • A
La campagne de déclaration des revenus 2019 a débuté lundi 20 avril
La campagne de déclaration des revenus 2019 a débuté lundi 20 avril © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Partagez sur :
Les impôts s'adaptent au confinement : depuis le début de semaine, vous pouvez remplir votre déclaration de revenus, en ligne ou sur papier. Mais comme chaque année, certains attendront probablement le dernier moment pour s'y mettre. Voici quelques conseils à destination des procrastineurs de la paperasse. 

Les contribuables ont jusqu’à début juin pour remplir leur déclaration de revenus (les détails par ici). Depuis le début de semaine, vous pouvez remplir votre déclaration en ligne ou papier. Et même si le mois de juin, cela parait loin, et que cette année, il n'y a rien (ou presque) à remplir pour beaucoup de Français, nombreux sont ceux qui devraient s'y mettre, comme souvent, au tout dernier moment. Fatalité ? Peut-être pas. Pour mieux faire face à nos tentations de procrastination, voici quelques conseils...

Ne pas être trop dur avec soi-même

Tout d’abord, rien ne sert de s’auto-flageller : cela ne fera qu’accroître votre démotivation et l’impression que l’épreuve est insurmontable pour vous. Essayez d’identifier les moments de la journée (tôt le matin, en milieu de matinée, en début d’après-midi, en fin d’après-midi, le soir, pourquoi pas la nuit…) et les endroits (au boulot, dans la cuisine, dans le salon, les toilettes...) où vous êtes le plus efficace et choisissez-les pour vous mettre à la tâche que vous repoussez depuis des semaines. 

Petit conseil à l’entourage également : rien ne sert de traiter le "procrastinateur" de fainéant ou le phobique de lâche. Cela ne fera que plomber sa confiance en lui. Si vous êtes directement affecté par le retard pris par un autre, faites-lui comprendre calmement en quoi cela vous pose problème et quel est l’enjeu. Puis demandez-lui quelle solution il propose pour rattraper son retard. Il se sentira impliqué, responsabilisé, et sera davantage incliné à agir.

Hiérarchisez, décomposez

Hiérarchisez bien vos priorités : qu’est-ce qui est le plus utile ? Le plus urgent ? Ne raisonnez-pas forcément en fonction du temps que vous prendra une tâche. Parfois, lorsque l’on a du temps devant soi, on peut par exemple être tenté de nettoyer ses vitres plutôt que de remplir sa déclaration, car cela prend plus de temps et que, pour une fois, on en a, du temps. Mais le risque est de ne jamais se remettre ensuite aux tâches administrative, certes moins longues, mais plus urgentes. 

Il est également possible de décomposer son action en plusieurs petites étapes. Pour la feuille d’impôt, par exemple, vous pouvez commencer par vous réserver dix minutes pour chercher vos bulletins de salaire, puis, un peu plus tard, dix minutes pour les regarder, puis dix minutes pour vous connecter sur impôt.gouv.fr, puis faites une première tentative. Et s’il y a des blocages, réitérez la décomposition des tâches : dix minutes pour faire des recherches sur ce qui vous pose problème, puis une pause, puis dix minutes pour s’y remettre etc.

Certains appellent ça la "méthode Pomodoro", où la méthode "tranche de tomate". "Pendant une période assez courte, il s’agit de ne porter son attention que sur une seule tâche, appelée tranche de tomate. Puis d’enchainer avec une pause de cinq minutes maximum puis de passer à une autre tâche/tranche et ainsi de suite. Au bout de quatre tranches de tomate, pratiquez des pauses plus longues de 15 à 30 minutes", détaille dans Les Echos Diane Ballonad-Rolland, coach et J’arrête de procrastiner – 21 jours pour changer.

L’intérêt de cette décomposition est double. Vous serez moins démotivé en amont à l’idée de consacrer une heure à une tâche ennuyeuse. Et cela multiplie également les succès : après chaque "tranche de tomate", dîtes-vous que vous avez accompli un objectif, que vous avez progressé, car cela va nourrir votre confiance en vous.

Prévoyez-vous des récompenses

Il est également recommandé de se prévoir, en amont, des récompenses, des plaisirs qui sortent de l’ordinaire, que vous ne vous autoriserez que si vous accomplissez votre objectif. Cela peut paraître triviale mais les spécialistes sont unanimes : l’efficacité est radicale.

Ainsi, avant de vous attaquer à votre déclaration de revenu, votre abonnement ou votre feuille d’Assurance maladie, pensez aux sushis que vous vous ferez livrer, au film que vous regarderez ou au bain chaud dans lequel vous vous plongerez après vous être enfin débarrassé de la corvée.

Et si c'est plus grave qu'une petite tendance à la procrastination ?  

Dans les cas où il s’agirait d’une réelle "peur" des démarches administratives, irrationnelle et durable, les quelques conseils mentionnés plus haut ne suffiront probablement pas. Il est même recommandé de se faire accompagner, par un psy, ou par une personne particulièrement compétente. La société FamilyZen, par exemple (retrouvez ici leur intervention dans l’émission Bonjour la France) propose de vous venir en aide pour plusieurs types de tâches administratives. Vous pouvez également commencer par vous poser la question : quand a commencé votre anxiété ?

"Un décès ou un divorce, par exemple, peuvent provoquer un traumatisme psychique. Certaines personnes peuvent avoir du mal à signer de leur nom après un choc familial", indique à Libérationle psychologue Sébastien Garnero. Une prise de conscience des origines de notre mal est souvent la première étape pour repartir du bon pied. Lister les raisons de ses peurs par écrit peut par exemple favoriser la prise de conscience.