Hommage à George Floyd : 1.500 manifestants et des heurts à Rouen, 1.500 personnes à Caen

  • A
  • A
Des manifestations ont eu lieu à Rouen et Caen vendredi en hommage à George Floyd, comme quelques jours avant à Paris. (photo d'illustration)
Des manifestations ont eu lieu à Rouen et Caen vendredi en hommage à George Floyd, comme quelques jours avant à Paris. (photo d'illustration) © BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :
Des manifestations en hommage à George Floyd et contre le racisme et les violences policières se sont tenues à Rouen et Caen. Les deux rassemblements ont chacun réuni environ 1.500 personnes. Des heurts avec la police ont également émaillé le cortège rouennais.

Environ 1.500 personnes ont défilé vendredi soir à Rouen, en hommage à George Floyd et pour dire non au racisme et aux violences policières. Selon la préfecture de Seine-Maritime, qui a communiqué ces chiffres, la manifestation a été émaillée de heurts avec la police. À Rouen, les manifestants avaient été appelés à se rassembler à 18 heures devant le palais de justice. Selon la préfecture, la manifestation s'est terminée vers 20H30.

Huit interpellations à Rouen, pas de heurts à Caen 

"Les forces de l'ordre ont fait face à des manifestants qui pour certains étaient hostiles. Ces manifestants ont tenté de s'en prendre à des bâtiments de la police nationale", indique la préfecture de Seine-Maritime qui précise aussi que "les forces de l'ordre ont essuyé des jets de projectiles et, afin de rétablir l'ordre, elles ont fait usage de grenades lacrymogènes". Toujours selon les services de l'Etat, 'il y a eu huit interpellations".

A Caen, environ 1.500 manifestants se sont rassemblés à partir de 18 heures, selon la préfecture du Calvados. La manifestation s'est déroulée sans heurts selon la préfecture. Des appels à manifester samedi contre les "violences policières" ont également été lancés dans plusieurs villes de France, comme à Paris, Bordeaux, Nantes, Limoges, Poitiers, Marseille ou Lille, en dépit de l'interdiction des rassemblements de plus de dix personnes pour cause de crise sanitaire.

Europe 1
Par Europe 1 avec AFP