Héritage Hallyday : le tribunal français s'estime compétent pour juger le litige

, modifié à
  • A
  • A
© Capture Youtube
Partagez sur :
Le Tribunal de grande instance de Nanterre a jugé que c'était à la justice française, et non à la justice américaine, de se prononcer sur la succession de la star contestée par ses deux enfants aînés. 

C'est une décision qui va peut-être tout changer. Le tribunal de Nanterre a estimé mardi qu'il était compétent pour trancher la question de l'héritage de Johnny Hallyday, objet d'un conflit entre sa veuve Laeticia et les deux enfants aînés de la star, Laura Smet et David Hallyday. "La résidence habituelle de Jean-Philippe Smet (...) est en France" et non aux États-Unis, a jugé le tribunal dans sa décision. 

C'est une victoire importante pour les aînés Hallyday qui réclament leur part d'héritage depuis plus d'un an alors que leur père a légué l'ensemble de sa fortune à sa dernière épouse et leurs deux filles. "C'est une décision extrêmement importante parce qu'elle marque l'attachement de Johnny Hallyday à la France et donc, par contrepoint, l'incompétence du juge américain pour traiter de ce dossier", a déclaré Me Emmanuel Ravanas, l'un des conseils de Laura Smet.

Laeticia Hallyday va faire appel 

L'avocat de Laeticia Hallyday, Me Ardavan Amir-Aslani, a pour sa part annoncé faire appel de l'ordonnance du tribunal de Nanterre. "Je ne vous cache pas ma stupéfaction et ma consternation au vu de cette décision, je constate que des éléments factuels incontestables ont été écartés au profit des arguments fallacieux développés par la partie adverse", a réagi l'avocat de Laeticia Hallyday. 

Une succession réglée par le droit suisse ? 

Si Laeticia Hallyday a fait valoir lors de l'audience fin mars qu'elle et son défunt mari avaient élu résidence à Los Angeles depuis 2007, le tribunal a relevé qu'à la même date "Johnny Hallyday se disait résident suisse". Dans un testament daté du 9 mai 2007, "il se domiciliait à Gstaad" et entendait que sa succession "soit liquidée entièrement et exclusivement selon le droit suisse". Dans un autre document, un contrat de mariage signé en 2011, Johnny et Laeticia Hallyday indiquaient également être domiciliés à Gstaad, depuis novembre 2006. Or "il n'est pas possible de se dire résident Suisse et de vivre dans un autre pays, autrement qu'en infraction de la législation", précise le tribunal.

En outre, selon un décompte effectué par David Hallyday grâce à la fonction géolocalisation du compte Instagram des époux Smet, Johnny Hallyday a été présent en France 151 jours en 2015 et 168 jours en 2016. "En 2017, il est constant que Johnny Hallyday est resté sur le sol français les huit mois" précédant son décès, affirme ensuite le tribunal. La star a conservé "jusqu'au bout, un mode de vie tout à la fois itinérant et bohème, mais surtout très français, qui l'amenait à vivre de façon (...) habituelle, en France", a encore précisé le tribunal.