Grève à la SNCF : le (très) difficile remboursement des usagers pénalisés

, modifié à
  • A
  • A
1:34
© AFP
Partagez sur :
Au 35ème jour de grève, les blocages dans les transports s'amenuisent mais persistent. A la SNCF, certains usagers ont déjà été remboursés pour la gêne occasionnée mais n'ont pas reçu ce qu'ils espéraient.
TÉMOIGNAGE

Au 35ème jour de grève contre la réforme des retraites, la RATP et la SNCF sont convoquées mercredi par la présidente d'Île-de-France Mobilités pour évoquer le sujet du remboursement des usagers. Valérie Pécresse, la présidente de la région Île-de-France, exige que les 2,5 millions d'abonnés au Pass Navigo soient remboursés du mois de décembre et ce dès maintenant. Du côté des grandes lignes et de la SNCF, certains usagers ont déjà été remboursés mais ils n'ont pas reçu ce qu'ils espéraient.

Un parcours du combattant

C'est sur les réseaux sociaux que Jérémie a interpellé la SNCF. L'entreprise lui a envoyé un bon d'achat de 35€ après la suppression de son aller-retour Paris-Strasbourg... alors que son billet en valait 136. Sans réponse à sa contestation, cet assureur a donc employé les grands moyens. Le début d'un parcours du combattant, puisqu'il a dû "faire une relance, refaire une réclamation, redonner les coordonnées, redonner le numéro de dossier et redonner le numéro de réclamation".

Jérémie a finalement réussi à obtenir l'intégralité de la somme mais toujours en bon d'achat. Insuffisant pour cet assureur de 31 ans : "C'est quand même normal de me rembourser de la manière dont j'ai payée le billet, c'est-à-dire en euros".

Entendu sur europe1 :
Il n'y a aucune raison que les usagers, qui ont payé un lourd tribut, soient pénalisés une deuxième fois en n'étant pas remboursés

L'usager n'est pas prêt à céder et il a raison, selon Bruno Gazeau. Le président de la FNAUT (Fédération nationale des associations d'usagers des transports) estime qu'il n'y a "aucune raison que les usagers, qui ont payé un lourd tribut, soient pénalisés une deuxième fois en n'étant pas remboursés". "Ce serait intolérable", conclut-il.

Selon la SNCF, les bons d'achat permettent de répondre plus rapidement aux demandes qui affluent depuis le début de la grève.

Europe 1
Par Elise Denjean, édité par Maxime Dewilder