"Gilets jaunes" : un an ferme pour des violences en Ardèche

  • A
  • A
Deux hommes ont été reconnus coupables de violences en réunion sur les gendarmes au Pouzin, en Ardèche.
Deux hommes ont été reconnus coupables de violences en réunion sur les gendarmes au Pouzin, en Ardèche. © AFP
Partagez sur :
Mardi, au Pouzin en Ardèche, deux hommes interpellés en marge du mouvement des "gilets jaunes" ont été condamnés à un an de prison ferme.

Deux hommes, interpellés samedi soir lors de heurts en marge du mouvement des "gilets jaunes" au Pouzin en Ardèche, ont été condamnés mardi à 18 mois de prison dont un an ferme, a-t-on appris auprès du procureur de Privas, Pierre-Yves Michau. "Ils ont été reconnus coupables de violences en réunion sur les gendarmes mais ils ont été relaxés pour participation à un groupement en vue de commettre des violences", a précisé Yves Michau.

Le procureur entend faire appel. La condamnation de ces deux hommes, sans antécédent judiciaire, comprend six mois de prison avec sursis et mise à l'épreuve. Ils n'ont pas été placés en détention à l'issue de cette audience de comparution immédiate. Le procureur de Privas a annoncé son intention de faire appel de ce jugement.

Des échauffourées "assez violentes". Des échauffourées "assez violentes" en marge d'une manifestation des "gilets jaunes" avaient éclaté samedi au Pouzin - un bourg de moins de 3.000 habitants - et s'étaient poursuivies jusqu'au milieu de la nuit, avait relaté lundi lors d'une conférence de presse la préfète de l'Ardèche Françoise Souliman.

Les gendarmes "sérieusement caillassés". "Tout était sous contrôle quand, en fin de journée, la situation s'est brutalement tendue, avec l'arrivée de gens hors gilets jaunes venus pour en découdre, armés de couteaux, fusées, cailloux...", avait relaté la préfète. Ces derniers avaient "caillassé sérieusement les gendarmes qui ont dû tirer des grenades lacrymogènes", selon Mme Souliman, qui avait précisé que 19 gendarmes et un manifestant avaient été blessés. En Ardèche, le mouvement des "gilets jaunes" avait réuni jusqu'à 2.500 personnes durant ce troisième week-end de mobilisation, selon la préfecture.

 

Cinq interpellations après le saccage du péage de Virsac en Gironde

Cinq personnes ont été interpellées mardi matin, en lien avec le saccage il y a deux semaines d'un péage sur l'A10 à Virsac en Gironde, l'une des dégradations les plus importantes du début du mouvement des "gilets jaunes", a-t-on appris auprès du parquet. Les cinq suspects interpellés sont des hommes d'une vingtaine d'années, demeurant tous en Gironde, et qui pour trois d'entre eux au moins, ont des antécédents judiciaires, a-t-on appris auprès de la gendarmerie. Ils ont été placés en garde à vue.