"Gilets jaunes" : 6 et 8 mois ferme pour avoir jeté des bouteilles d'acide sur des policiers

, modifié à
  • A
  • A
Partagez sur :
Deux manifestants étaient jugés mercredi pour avoir jeté des projectiles, mais aussi des bouteilles d'acide sur les forces de l'ordre, samedi lors d'une manifestation à Tours.

Deux manifestants de 19 ans et 22 ans ont été condamnés mercredi à 6 et 8 mois de prison ferme pour avoir jeté des projectiles mais aussi des bouteilles d'acide sur les forces de l'ordre samedi lors d'une manifestation de "gilets jaunes" à Tours.

Les deux hommes déjà condamnés par le passé pour violences. Les deux prévenus, deux Tourangeaux sans profession, étaient "poursuivis pour violences sur personnes dépositaires de l'autorité publique". Ils avaient été interpellés samedi après avoir lancé des pierres sur les forces de l'ordre mais aussi des bouteilles contenant de l'acide et de l'aluminium "pour faire du bruit et de la fumée", comme l'a reconnu l'un d'eux au procès.

Jugés en comparution immédiate, les deux hommes, déjà condamnés par le passé pour violences, ont été reconnus coupables par le tribunal correctionnel, qui a prononcé une peine conforme aux réquisitions du parquet.

Aucun membre des forces de l'ordre n'avait été blessé par les jets d'acide, mais deux policiers s'étaient constitués partie civile.

Une trentaine de blessés lors des affrontements. A la barre, l'un des fonctionnaires est revenu sur ces cinq heures d'incident dans le centre de Tours, pointant deux accusés "particulièrement actifs" dans les violences. "Heureusement que tous les badauds n'ont pas jeté de pierres sur les forces de l'ordre" a-t-il dit. Les affrontements samedi à Tours avaient fait une trentaine de blessés dont un grave.

Le vice-procureur Pierre Gérard a estimé que les dernières manifestations des "gilets jaunes" ont démontré une "bascule préoccupante", en rappelant qu'une fois qu'une sommation avec ordre de dispersion avait été lancée formellement toutes les personnes présentes sur les lieux de la manifestation étaient susceptibles d'être interpellées.