"Gilets jaunes" : 24 plaintes de journalistes pour violences policières

  • A
  • A
Des journalistes affirment avoir été victimes de violences policières lors des manifestations des "gilets jaunes".
Des journalistes affirment avoir été victimes de violences policières lors des manifestations des "gilets jaunes". © Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :
Quelque 24 journalistes et photographes, blessés notamment lors des manifestations des "gilets jaunes", vont porter plainte pour violences policières. 

Quelque 24 journalistes et photographes, blessés notamment lors des manifestations des "gilets jaunes", vont porter plainte pour violences policières, a annoncé leur avocat. 

Me Jérémie Assous en a en effet informé le préfet de police, Michel Delpuech, et le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, quatre jours après des déclarations de ce dernier invitant les professionnels à porter plainte. "Ces plaintes et signalements seront traités avec la plus grande célérité", avait alors déclaré Christophe Castaner. "Soyez assurés qu’en termes d’enquêtes administratives et judiciaires les plaintes seront reçues et traitées avec sévérité", avait de son côté assuré le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveau.

 

Huit plaintes pour violences avec arme. Les journalistes les ont pris au mots, signalant à la justice les violences subies lors des récentes manifestations de "gilets jaunes", mais aussi lors de mobilisations précédentes, notamment contre la loi travail, en 2016. Sur les 24 plaintes, huit concernent des violences avec arme. Reporters sans frontières, le Syndicat national des journalistes, l'Union des photographes professionnels, Force Ouvrière et la CGT se porteront partie civile sur chaque cas.

De nombreux journalistes ont indiqué ces derniers jours avoir été victimes de tirs de flashball, tandis que d'autres ont rapporté s'être vu confisquer leur matériel. La photoreporter Véronique de Viguerie, par exemple, qui fait partie des plaignants, s'est notamment fait confisquer son casque et son masque à gaz le 8 décembre, alors qu'elle couvrait la manifestation pour le Washington Post.

 

Le Syndicat national des journalistes avait dès le lundi suivant dénoncé des "dérapages inadmissibles des forces de police", et demandé des explications "sur les consignes qui ont été données pour en arriver à cette situation".

Europe 1
Par Europe1.fr avec AFP