Gard : les deux responsables allemands de la colonie inondée mis en examen

, modifié à
  • A
  • A
Le terrain de camping de la colonie a été balayé par une inondation jeudi soir. © Boris HORVAT / AFP
Partagez sur :

Les deux responsables allemands de la colonie inondée après les orages de jeudi, dans le Gard, ont été mis en examen samedi, indique le parquet.

Les deux responsables allemands de la colonie de vacances installée sans autorisation à Saint-Julien-de-Peyrolas, dans le Gard, où neuf enfants ont été légèrement blessés par la montée des eaux jeudi et un homme a disparu, ont été mis en examen, a annoncé samedi le parquet de Nîmes. Le président et le vice-président de l'association Jugendförderung Saint-Antonius, âgés d'une cinquantaine d'années, ont été également mis en examen pour "création de camping sans permis d'aménager" et placés sous contrôle judiciaire.

Évacuer le terrain. Ils ont interdiction de séjourner dans le Gard, sauf pour se rendre aux convocations de la justice et rencontrer leur avocat, a précisé le procureur de la République de Nîmes, Eric Maurel. Ils ont aussi l'obligation de procéder à l'enlèvement de leurs biens et matériels du terrain de camping, sous 15 jours. Ils avaient été placés en garde à vue dès jeudi soir, le jour où avaient éclaté de violents orages dans le nord du Gard, provoquant des inondations.

Une colonie non-homologuée. Plus d'une centaine d'enfants allemands de la colonie avaient alors été évacués en urgence et neuf d'entre eux légèrement blessés. Certains avaient été récupérés dans les arbres, où ils s'étaient accrochés pour échapper à la crue de la rivière. L'association avait installé cette colonie sur un terrain qu'elle possède à Saint-Julien-de-Peyrolas, sans autorisation de la préfecture, et avait été avertis par le maire du danger encouru.

 

Des hélicoptères pour appuyer les recherches. Les recherches se poursuivaient samedi pour retrouver un Allemand de 66 ans, disparu lors de l'inondation. Des gendarmes en treillis exploraient les alentours parsemés de matelas encore accrochés aux arbres, de caravanes éventrées et de nombreux détritus jonchant le sol. "Nous n'avons rien trouvé pour l'instant. Plusieurs dizaines de kilomètres ont été fouillés par les gendarmes et survolés par des hélicoptères", a indiqué le colonel Laurent Haas en début d'après-midi. "Les importants moyens de recherche qui ont été déployés depuis jeudi sur la zone, vont être allégés", a poursuivi le commandant de groupement de la gendarmerie du Gard.

Une vague brutale. Jeudi, 180 personnes avaient été évacuées d'urgence à Saint-Julien-de-Peyrolas où deux autres campings jouxtaient le terrain de la colonie. Tentes, caravanes et installations avaient été dévastées par le ruisseau du Valat d'Aiguèze, proche de la rivière Ardèche, transformé en torrent. L'eau, arrivée en vague brutale, était montée au moins jusqu'à la taille d'un adulte, sous des orages exceptionnellement violents.  Les jeunes Allemands ont quitté dans la nuit de vendredi à samedi la salle communale qui les avait accueillis, pour rejoindre l'Allemagne en bus, a précisé la gendarmerie.