G7 à Biarritz : une course contre la montre pour obtenir… des laissez-passer

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Si le sommet du G7 ne commence que samedi, certains périmètres de la ville seront bouclés dès jeudi soir, obligeant professionnels et riverains à prendre leurs précautions. 
REPORTAGE

Le G7 ne commence que samedi, mais dès jeudi soir, Biarritz va devenir très difficile d'accès. À compter de minuit, toute une partie de la ville va être divisée en deux zones : une zone rouge, de protection renforcée, et une zone bleue, avec un accès restreint. Les riverains pourront y accéder avec un laissez-passer… à condition de l'avoir récupéré. 

"C'est compliqué, mais on fait avec"

Car plus l’ouverture du sommet approche, plus la file d’attente s’allonge. Les professionnels du coin et les Biarrots n'ont pas beaucoup d'excuses : ils pouvaient anticiper l'événement. Mais pour les touristes, comme Lionel, venu de Marseille, et qui a loué en pleine zone bleue à accès restreint, ce "bouclage" est plus déstabilisant.

"J'ai pris connaissance du fait que le G7 avait lieu ce week-end il y a une dizaine de jours seulement", confie le père de famille. "Je dois demander un 'pass' pour moi, ma femme, mes deux enfants et mon véhicule. C'est compliqué, surtout en vacances, mais on fait avec."

"Il faut qu'on continue à pouvoir venir travailler"

Lorsque vient son tour, Michel, résident de la zone bleue, montre sa carte d'identité : "j'ai juste les badges à récupérer". Son macaron devra être apposé sur son véhicule, et il devra toujours avoir son 'pass' sur lui. La démarche semble relativement simple mais s'avère plus compliqué pour quelques professionnels rencontrés par Europe 1 et dont les équipes doivent intervenir dans la zone rouge, où ont lieu les réunions diplomatiques et où l'accès n'est possible qu'à pied. 

Philippe espère ainsi obtenir 45 badges pour les employés de son entreprise de nettoyage, sans succès jusqu'à présent. "On fait la queue pendant 40 minutes, pour tomber sur une jeune fille charmante mais qui malheureusement ne peut rien nous dire", témoigne-t-il. "On nettoie des chambres d'hôtel et on est obligé de le faire, parce qu'ils sont complets… Donc, même si on doit venir à pied, parce qu'il y en a qui sont en zone rouge, il faut qu'on continue à pouvoir venir travailler."

Les vacanciers qui ne seraient pas encore arrivés à Biarritz peuvent, eux, dormir tranquilles : des badges continueront d’être délivrés pendant le sommet, notamment pour les touristes qui arrivent samedi. 

Europe 1
Par Jean-Jacques Héry, édité par Margaux Lannuzel