Financement des retraites : "C'est un mur qui est devant nous", prévient Agnès Buzyn

, modifié à
  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
Alors que la population française est vieillissante, la ministre de la Santé explique sur Europe 1 que "dans une société où la durée de vie augmente, il faudra que l’on se pose la question de travailler plus longtemps".
INTERVIEW

La population française est vieillissante et c'est un sujet qu'il faut anticiper car "le nombre d'actif diminue et le nombre de personnes retraitées augmente". "Nous allons avoir besoin de financements conséquents" pour faire face à cette situation démographique, prévient vendredi la ministre de la Santé Agnès Buzyn au micro d'Audrey Crespo-Mara sur Europe 1.

"Moins on anticipe, plus ça va être difficile." "C’est un mur qui est devant nous", s'alarme-t-elle. "Le mur, ce sont des millions de personnes qui vont avoir plus de 85 ans, voire plus de 90 ans, voire 100 ans, et qui vont avoir besoin d’aide à domicile, de personnes qui viennent les soigner." Elle estime donc qu'il faut "se poser" la question aujourd'hui des solutions possibles afin de venir en aide à nos aînés : "Moins on anticipe cela, plus ça va être difficile de régler ce problème dans les 10 ou 15 ans qui viennent."

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay de notre matinale spéciale en direct en direct du CHU Édouard-Herriot de Lyon ici

"Est-ce qu’on pourra décemment rester à la retraite pendant des dizaines d’années, lorsque le nombre d’actifs va diminuer ?", s'interroge Agnès Buzyn, sans pour autant se prononcer sur un éventuel recul de l'âge légal de départ à la retraite, fixé actuellement à 62 ans.

"Travailler plus longtemps ne veut pas forcément dire reculer l’âge de la retraite." "Quel est le prix que nous consentons à payer pour notre protection sociale et l’accompagnement des personnes âgées et de la dépendance ?", demande-t-elle encore, avant d'apporter un élément de réponse. "Dans une société où la durée de vie augmente, il faudra que l’on se pose la question de travailler plus longtemps", explique-t-elle, tout en précisant que "travailler plus longtemps ne veut pas forcément dire reculer l’âge de la retraite".

L'hypnose débarque à l'hôpital ! Reportage au CHU Edouard Herriot à Lyon

Quoi qu'il arrive, "la société française devra se poser la question de savoir comment elle finance cela" : "Nous dépensons beaucoup moins que les autres pays du monde pour prendre en charge les personnes âgées et les personnes âgées dépendantes." Le sujet "est sur la table", assure la ministre de la Santé et "toutes les pistes doivent être débattues avec les Français".

La question fait débat. A l'heure actuelle, le débat se cristallise autour de la question du recul de l'âge légal de départ à la retraite. Les ministres de l'Économie Bruno Le Maire et des Comptes publics Gérald Darmanin ont indiqué séparément jeudi qu'ils étaient ouverts à une modification de l'âge de la retraite. Jean-Paul Delevoye, le Haut commissaire à la réforme des retraites, y est quant à lui opposé. Il s'est prononcé en faveur d'un assouplissement du dispositif de cumul emploi-retraite afin de "permettre" aux retraités qui travaillent "d'obtenir des points supplémentaires".