EXCLUSIF - "Gilets jaunes" : Europe 1 en immersion dans la cellule anti-casseurs de Lyon

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :
La reporter d'Europe 1 a pu suivre les quatre enquêteurs de la cellule d'enquête spéciale "gilets jaunes" de l'hôtel de police de Lyon. Ils sont chargés d'exploiter toutes les vidéos des manifestations pour identifier les auteurs de violences et de dégradations au sein du mouvement.
REPORTAGE

Alors que la loi anti-casseurs est votée mardi au Sénat, Carole Ferry a pu suivre en exclusivité pour Europe 1 le travail de la cellule d'enquêtes spéciale "gilets jaunes" de l'hôtel de police de Lyon. Il en existe 14 à travers la France, dans les villes particulièrement touchées par les violences urbaines en marge des manifestations qui durent désormais depuis plusieurs mois.

À chacun sa mission pour retracer le parcours d'un potentiel délinquant. Quatre enquêteurs sont spécialement détachés pour scruter toutes les vidéos à leur disposition pour identifier les individus violents qui n'ont pas été interpellés en flagrants délits lors des manifestations. "On se réunit tous et on fait le point sur ce qui s'est passé ce week-end", ordonne la cheffe de groupe pendant une réunion à laquelle Carole Ferry a assisté. "Il y a des faits qui n'ont pas été judiciarisés. On voit un jeune jeter un pavé sur les collègues sur le quai. Quelqu'un peut-il faire une extraction vidéo ?", demande-t-elle.

"Je vais me charger des vidéos de la gendarmerie", propose l'un des enquêteurs. "Je prends celles de la ville et on va essayer de retracer son parcours sur l'ensemble de la manifestation pour voir s'il y a d'autres moments où il est virulent ou s'il a commis d'autres infractions", décrit un autre.

>> De 7h à 9h, c’est deux heures d’info avec Nikos Aliagas sur Europe 1. Retrouvez le replay ici

Ces images proviennent des caméras de surveillance de la ville de Lyon ou bien de celles de l'hélicoptère de la gendarmerie qui survolait la dernière manifestation. Il y a des plans larges ou plus serrés sur les mouvements de foule. Les enquêteurs doivent ensuite comparer les vidéos pour voir s'il y a un individu violent et le repérer ailleurs, à visage découvert.

Les réseaux sociaux comme source d'informations. L'équipe compte aussi un spécialiste des réseaux sociaux. Son rôle est de scruter toutes les vidéos publiées sur Internet ou dans les médias. "On a une scène de 40 minutes où de nombreuses personnes dégradent le mobilier urbain, caillassent la police, démontent des chantiers en cours de long de l'autoroute", décrit-il. "Là, le personnage avec la capuche jaune, on le voit jeter un caillou sur les forces de l'ordre qui sont à 15 mètres. Donc en revisionnant ces images au ralenti, ça permet de laisser apparaître son visage à l'écran. Et avec un logiciel de reconnaissance faciale, on met un nom sur cette photo." Cette cellule est également épaulée par la police scientifique qui peut prélever de l'ADN sur un projectile.

Un travail minutieux mais efficace. Ce travail de fourmi a permis d'interpeller en moyenne une personne par semaine depuis le début de l'année. "On est efficaces principalement parce qu'on a des enquêteurs qui sont exclusivement dédiés à l'élucidation de ces affaires-là", explique le commissaire Jean-Daniel Dorent, adjoint au chef de la sûreté départementale du Rhône."Et comme on en est à l'"acte 18" [samedi prochain] du mouvement des "gilets jaunes", on améliore notre connaissance de ce phénomène de délinquance et du mode opératoire des fauteurs de troubles dans les cortèges."

Aucun profil-type qui se dégage. Mais il reste difficile d'établir un profil-type pour ces "casseurs" qui ne sont pas un groupe homogène. "Il y a une part de mineurs de 15 à 18 ans qui est importante mais aussi des pères et des mères de famille qui sont dans une situation professionnelle stabilisée", détaille Jean-Daniel Dorent. "Il y a des gens affiliés à des mouvances contestataires, d'autres non. Des personnes déjà connues de nos services, d'autres qui n'ont jamais été mises en cause... Il y a un panel très large mais la constante, ce sont les personnes qui participent à des manifestations non-déclarées et qui y vont comme dans une sorte d'exutoire et qui adoptent un comportement constitutif d'infractions pénales inacceptable dans un État de droit", assure-t-il enfin.

Europe 1
Par Carole Ferry édité par Marthe Ronteix