Eure : des "gilets jaunes" bloquent une entreprise parce qu'elle embauche des étrangers

  • A
  • A
gilets jaunes
Rayan-S, qui oeuvre dans le bâtiment, compte dans ses effectifs trois étrangers, ce qui a déplaît aux "gilets jaunes" de Brionne. © XAVIER LEOTY / AFP
Partagez sur :

Les "gilets jaunes" reprochent à cette entreprise du bâtiment d'avoir embauché trois étrangers. 

Samedi, des "gilets jaunes" ont bloqué le site d'une entreprise basée à Brionne dans l'Eure. La raison de leur colère ? Selon eux, son patron embauche quelques salariés étrangers. L'un des manifestants a même menacé d'incendier le site, a rapporté dimanche France Bleu

Trois étrangers embauchés. Rayan-S, qui oeuvre dans le bâtiment, a en effet embauché trois étrangers grâce à un partenariat avec la préfecture. L'un d'entre eux travaille sur un des sites de l'entreprise à Brionne. Ce qui a provoqué la colère de "gilets jaunes". Dès 6 heures samedi matin, ils ont bloqué la sortie des camions de l'entreprise, a dénoncé le patron de Rayan-S, Hamid Kerkouche, avant que le barrage ne soit finalement levé.

Selon le chef d'entreprise qui est parvenu à échanger avec quelques "gilets jaunes", "il y a un petit jeune qui est allé très loin et qui m'a dit 'on est en guerre civile, on est à deux doigts de brûler votre société'".

"Plus personne veut travailler dans le bâtiment". Gilles Dieu, un des fondateurs du mouvements "gilets jaunes" à Brionne, a confirmé que l'embauche de "Roumains" était la pierre d'achoppement. Selon lui, les demandes d'embauche provenant des habitants de Brionne sont rejetées par Rayan-S. Hamid Kerkouche se défend : il a une annonce en continue à Pôle Emploi qui ne trouve pas preneur car "il n'y a plus personne qui veut travailler dans le bâtiment", a-t-il expliqué à France Bleu. Le chef d'entreprise, qui redoute que les blocages ne se poursuivent, a voulu porter plainte à la gendarmerie mais cette dernière a refusé de l'enregistrer.