En Bretagne, une route fermée 4 mois pour... la saison des amours des crapauds

  • A
  • A
La route a été fermée à la circulation jusqu'au 2 mars et sur 1 kilomètre. 1:38
La route a été fermée à la circulation jusqu'au 2 mars et sur 1 kilomètre. © PATRICK PLEUL / DPA / AFP
Partagez sur :
Les coassements des crapauds plutôt que les crissements de pneus, c'est le choix qui a été fait près de Lamballe, en Bretagne. Une route a été fermée cet hiver pour qu'ils puissent la traverser sans se faire écraser, et aller se reproduire tranquillement de l'autre côté.

D'ordinaire, sur cette route départementale bretonne, on entend surtout les bruits de circulation. Depuis quelques jours, ce sont des coassements de batraciens. Près de Lamballe, dans les Côtes d’Armor, tritons, grenouilles et autres crapauds peuvent désormais être sereins, leur migration ne sera pas menacée par le trafic automobile cet hiver. En pleine saison des amours, ils devaient, pour se reproduire, traverser la chaussée et les voitures provoquaient une surmortalité qui se comptait en centaines d'individus. La route a donc été fermée à la circulation jusqu'au 2 mars.

Une centaine d'amphibiens écrasés en un mois

"On peut compter de 100 à 200 amphibiens qui traversent en une nuit pour aller se reproduire de l'autre côté, où ils vont trouver un certain nombre de mares", développe Rozenn, technicienne biodiversité à Lamballe Terre et Mer, la communauté d'agglomération. La saison des amours, c'est beaucoup de trafic et la route est donc coupée sur 1 kilomètre, afin de permettre aux amphibiens de traverser tranquillement.

"Pendant un mois nous avons suivi les individus écrasés sur la route - donc juste un recensement des cadavres -, et on en avait dénombré une centaine !", précise la technicienne.

Une mesure inédite

La fermeture de cette portion de route a été actée par le département, une mesure inédite mais nécessaire. "L'atlas de la biodiversité a montré qu'ici aussi, il y avait un effondrement massif, que ce soit les amphibiens ou d'autres espèces. Sans ces petites bêtes-là, la grosse bête qu'est l'homme n'a aucune chance de survivre", rappelle Jean-Luc Barbo, vice-président au développement durable et des milieux naturels de la communauté d'agglomération de Lamballe.

La fermeture de la départementale, prévue jusqu'en mars, va permettre la sauvegarde d'un millier d'amphibiens.

Europe 1
Par Ronan Coquelin, édité par Séverine Mermilliod