D'où vient le minibar et pourquoi est-il en train de disparaître ?

  • A
  • A
Partagez sur :
Lundi dans l'émission "Historiquement vôtre", David Castello-Lopes se penche sur les origines du minibar. Un objet inventé dans les années 1960 et popularisé grâce aux hôtels Hilton. Mais l'âge d'or du minibar semble être révolu, un véritable crève-cœur pour le chroniqueur. 

Chaque jour, dans Historiquement vôtre, David Castello-Lopes propose de découvrir les origines d'un objet de notre quotidien. Lundi, le chroniqueur a choisi de commencer la semaine en se penchant sur le minibar. L'objet a fait fureur dans les chambres d'hôtel il y a un temps mais est désormais en voie de disparition. 

Une invention allemande qui a fait bondir les bénéfices des hôtels

"Je suis allé dans pas mal d’hôtels cet été et j’ai remarqué que les minibars étaient vides presque partout. Une tristesse que l'on doit vraisemblablement à des raisons sanitaires. Car voir tous ces minibars vides me fait de la peine : le minibar, c'est un de mes plaisirs dans les hôtels, surtout quand on est avec des personnes que l'on aime. On se lève, on prend une micro-bouteille de Ruinart à 67 euros que l'on accompagne d'une poignée de cacahuètes qui valent autant qu'un aller-retour Paris-Lille en TGV, et on savoure. Et c'est parce que j'aime le luxe des minibars que j'ai voulu en connaître les origines. 

Le minibar a été inventé dans les années 1960 par une société allemande, la Siegas. Mais le premier hôtel à l'avoir mis dans toutes ces chambres est le Hilton de Hong-Kong en 1974. Des installations qui se sont faites sous l'impulsion du responsable de la nourriture et des boissons de l'hôtel, Robert Arnold. Il met en place les minibars sur un étage de l'hôtel avant de généraliser le processus au vu de son succès. Et il faut croire qu'il a eu raison puisque les consommations dans les 840 chambres de l'hôtel ont augmenté de 500%. Une hausse qui a directement fait bondir les bénéfices de l'hôtel de 5%. 

Un véritable succès pour Hilton, qui a décidé alors de le généraliser dans tous ses établissements, avant que ses concurrents fassent de même. 

Un âge d'or révolu

Mais depuis une quinzaine d'années, l'âge d'or du minibar a pris fin, notamment à cause du vol. Il y a par exemple énormément de gens qui boivent les petites bouteilles de vodka et qui les remplissent avec de l'eau avant de les remettre dans le minibar.

Les hôteliers ont donc trouvé une parade avec ce qu'un journaliste américain a appelé une "prison de haute sécurité pour jus d'orange et autres barres chocolatées". Concrètement, chaque produit est posé sur une petite plateforme qui, lorsqu’on enlève l’élément, envoie une notification à l’accueil et le prix de la chose est automatiquement ajouté à votre facture. Du coup, si vous voulez examiner une petite bouteille de whisky et que vous décidez de la reposer au bout de quelques secondes, votre facture se gonfle quand même de 42,50 euros.

De quoi rendre frileux les clients, a fortiori quand on sait que les entreprises acceptent désormais moins que leurs cadres en déplacement dépensent des sommes folles pour le minibar de l'hôtel. C'est donc pour toutes ces raisons que le minibar est de moins en moins répandu. Un véritable crève-cœur car, vous conviendrez, les cacahuètes sont nettement plus savoureuses quand elle coûtent le prix d'un aller-retour Paris-Lille en TGV."

Europe 1
Par David Castello-Lopes