Détenu radicalisé évadé de la prison de Brest : le parquet fait appel

  • A
  • A
Le Breton avait profité d'un transfert médical pour fuir à son arrivée à l'hôpital.
Le Breton avait profité d'un transfert médical pour fuir à son arrivée à l'hôpital. © DAMIEN MEYER / AFP
Partagez sur :
Le détenu radicalisé qui s'était évadé en mai 2018 avant d'être arrêté en Espagne quinze jours plus tard, a été condamné à deux ans de prison ferme. Le parquet a fait appel.

Le parquet de Brest a fait appel vendredi de la condamnation à deux ans de prison prononcée à l'encontre du détenu radicalisé qui s'était évadé le 16 mai 2018 avant d'être arrêté quinze jours plus tard en Espagne.

Appel aussi pour sa compagne et son ami d'enfance. Le parquet a également fait appel de la relaxe de sa compagne et de la condamnation à un an et demi de prison de son ami d'enfance avec qui il avait fui avant d'être arrêté en sa compagnie au Pays basque espagnol, a indiqué à l'AFP le procureur de la République de Brest Jean-Philippe Récappé. Le parquet avait requis une peine de quatre ans d'emprisonnement à l'encontre d'Anthony Pondaven, 22 ans, accusé "d'évasion par violence en récidive", de trois ans à l'encontre de son ami d'enfance et de dix mois dont quatre ferme à l'encontre de la compagne du premier.

Il avait profité d'un transfert médical pour fuir. Écroué à la maison d'arrêt de Brest et "fiché S" en raison d'une "tendance à la radicalisation" après sa conversion à l'islam, le Breton avait profité d'un transfert médical pour fuir à son arrivée à l'hôpital, avec un complice à bord d'une voiture. Il avait déjoué la vigilance des deux agents pénitentiaires qui l'accompagnaient en faisant mine de refaire ses lacets.

Condamné pour "vol par escalade dans un entrepôt". Originaire de Landerneau, dans le Finistère, Anthony Pondaven n'a jamais été condamné pour des faits de terrorisme ou d'apologie, et ne tenait pas de discours rigoriste, mais il était suivi au titre de la radicalisation islamiste en prison et faisait l'objet d'une fiche S. Avant son évasion, il avait été placé en détention provisoire le 13 novembre 2017 pour "vol par escalade dans un entrepôt" et a été condamné à deux ans de prison pour ces faits.