Des associations réclament plus de menus végétariens dans les cantines scolaires

, modifié à
  • A
  • A
Des associations veulent que les enfants mangent davantage de menus végétariens dans les cantines. 2:40
Des associations veulent que les enfants mangent davantage de menus végétariens dans les cantines. © REMY GABALDA / AFP
Partagez sur :
La FCPE, avec Greenpeace et l’association végétarienne de France, demandent aux cantines scolaires d’introduire davantage de menus sans viande.

Trop de viande dans les cantines. Tel est le mot d’ordre de trois associations, qui réclament davantage de menus végétariens dans les écoles. La FCPE (l’une des principales organisations de parents d’élèves) est à l’origine de cette initiative, lancée avec le concours de Greenpeace et de l’AVF, l’association végétarienne de France.  

Des préoccupations sanitaires et écologiques

Les associations partent du constat d’une surconsommation de viande chez les enfants. En effet, les élèves en mangent entre deux et quatre fois trop dans les cantines par rapport aux recommandations officielles de l’ANSES, l’agence de sécurité sanitaire des aliments. Outre la santé des élèves, cette demande des associations répond également à des préoccupations écologiques. Les experts du GIEC (les experts du climat) recommandent de diminuer au maximum la consommation de protéines animales, afin de limiter le réchauffement climatique.

Bientôt l’obligation de proposer un repas végétarien par semaine

Les associations mettent également en avant l’entrée en vigueur le 1er novembre prochain de la loi Egalim, qui vise à obliger toutes les cantines scolaires à proposer au moins un repas végétarien par semaine. Les parents d’élèves ont cependant des difficultés à convertir les grands groupes de restauration collective.

Greenpeace lance ainsi un site internet, cantineverte.fr, pour que les parents puissent se regrouper et mettent la pression sur les maires. Les réactions des parents d’élèves sont cependant contrastées. "Pour moi, ce n’est pas une priorité. "Les menus sont plutôt équilibrés", réagit un parent interrogé par Europe 1 à l’école Saint-Charles de Paris, dans le 15e arrondissement. "C’est bien pour le changement des habitudes, à l’avenir il faut en consommer moins et c’est très bien de l’apprendre aux enfants", répond, à l’inverse, un autre parent.