Danielle a grandi en foyer et cherche aujourd'hui sa famille : "On m’a tout caché"

  • A
  • A
Partagez sur :
À 59 ans, Danielle ignore pourquoi elle a été placée en foyer à deux ans. On lui a raconté que ses parents étaient morts, mais elle assure avoir découvert que son père avait vécu jusqu’en 1987. Sur "La Libre antenne" d’Europe 1, Danielle raconte que l’Aide sociale à l’enfance refuse de lui fournir son dossier.
TÉMOIGNAGE

Danielle a 59 ans et a grandi en foyer. Ignorant les conditions dans lesquelles elle a été placée à l’âge de deux ans, elle s’interroge sur son passé et sa famille. Danielle croyait que ses parents étaient décédés, mais elle assure avoir découvert que son père avait vécu jusqu’en 1987. Au micro d’Olivier Delacroix, sur "La Libre antenne" d’Europe 1, Danielle raconte que l’Aide sociale à l’enfance (ASE) de son département refuse de la laisser consulter son dossier.

"J’ai 59 ans. Je ne sais pas exactement si j’ai été abandonnée, si on m’a enlevée de mes parents à l’âge de deux ans ou si mes parents sont décédés. J’ai été placée en famille d’accueil, puis j’ai été en foyer jusqu’à l’âge de 18 ans. J’ai fait des recherches pour essayer de retrouver mon papa et ma maman. Mon papa était soi-disant décédé. Ce n’est pas vrai parce que, quand je me suis mariée en 1981, j’ai demandé un acte de naissance et j’ai appris que mon papa était encore vivant à ce moment-là.

On m’a tout caché. Même sur le livret de famille, c’était écrit que mon papa était décédé. J’ai su que mon père avait vécu jusqu’en 1987. J’ai voulu avoir des renseignements au sujet de mes frères et sœurs. J’avais 18 ans passés, j’avais le droit d’en savoir plus sur ma petite jeunesse. On n’a jamais voulu me dire pourquoi mes parents m’ont abandonnée ou pourquoi on m’a enlevée à eux. Je suis en train de me battre pour retrouver au moins un frère ou une sœur encore vivant. J’étais la dernière. 

" Comment pourrais-je faire pour avoir la vérité ? "

Ça fait des années que je me bats auprès de l’ASE du département où j’habitais, pour avoir mon dossier. Ils me disent qu’ils n’ont pas le droit de me le montrer. Je suis allée poser la question à la gendarmerie, ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient rien faire. J’ai consulté un avocat, il m’a dit qu’il n’était pas là pour ça. Comment pourrais-je faire pour avoir la vérité ? Je me suis battue auprès de la mairie de la ville où je suis née. J'ai demandé plusieurs fois dans quelles conditions j’avais été placée. J'ai écrit, je n’ai jamais eu de réponse.

Je me souviens avoir vu mes frères et sœurs quand j’étais toute petite. Je me souviens très bien, c’était dans une grande pièce. Je les ai vus partir. J’avais deux ans. Je me souviens de ma sœur qui m’a lâché la main. Elle pleurait beaucoup, et moi aussi. On m’a dit qu’on était beaucoup de frères et sœurs, on était à peu près 13. Je n’arrive pas à retrouver ma mère. J’ai cherché son nom sur internet, mais beaucoup de personnes portent ce nom, je n’ai pas pu toutes les contacter.

J'ai contacté l’ASE pour avoir des renseignements au sujet de mon père, en demandant pourquoi on m'avait menti en disant que mon père était décédé, alors qu'il était encore vivant. J'ai reçu un extrait d’acte de naissance avec ma date de naissance et le nom de mes parents. En 1981, on m’a dit que mon père était mort et j'ai découvert après qu’il était encore vivant. Si je l’avais su, j’aurais pu avoir des explications avec mon papa. Je n’arrête pas de me battre pour avoir ce dossier pour savoir où j’en suis et l’ASE ne veut pas me le fournir."

Europe 1
Par Léa Beaudufe-Hamelin